Skyfall

SkyfallSkyfall. 2 heures 23. Grande Bretagne – États-Unis. Espionnage – Thriller – Action. Sortie en France le 26 octobre 2012. Réalisé par Sam Mendes avec Daniel Craig, Javier Bardem, Judi Dench, Ralph Fiennes, Naomie Harris, Bérénice Marlohe, Ben Whishaw, Albert Finney, Rory Kinnear…

Lorsque la dernière mission de Bond tourne mal, plusieurs agents infiltrés se retrouvent exposés dans le monde entier. Le MI6 est attaqué, et M est obligée de relocaliser l’Agence. Ces événements ébranlent son autorité, et elle est remise en cause par Mallory, le nouveau président de l’ISC, le comité chargé du renseignement et de la sécurité. Le MI6 est à présent sous le coup d’une double menace, intérieure et extérieure. Il ne reste à M qu’un seul allié de confiance vers qui se tourner : Bond. Plus que jamais, 007 va devoir agir dans l’ombre. Avec l’aide d’Eve, un agent de terrain, il se lance sur la piste du mystérieux Silva, dont il doit identifier coûte que coûte l’objectif secret et mortel…

Après un excellent « Casino royale », la franchise James Bond avait fait un sérieux pas en arrière avec « Quantum of solace » mal maitrisé en pleine crise des scénaristes aux États-Unis. Du coup, c’est avec une volonté de rédemption et une énorme attente de ma part que je me suis précipité pour voir le dernier opus en date de la saga 007, le tout en Imax s’il vous plait à savoir « Skyfall ».

Et on va pas tortiller du cul pour chier droit, j’ai littéralement adoré ce nouvel opus. Alors oui je ne suis peut être pas objectif car j’adore cette franchise et je me la suis refaite il y à pas longtemps sans que ça m’empêche d’être dur avec certains épisodes. Je ne suis pas objectif non plus car j’adore Daniel Craig dans la peau de James Bond même si paradoxalement, c’est celui qui fait le moins Bond de la franchise à mes yeux mais j’ai en tout cas pris un pied d’enfer face à ce « Skyfall » diablement efficace qui m’a tenu en haleine du début jusqu’à la fin.

Le scénario écrit par Neal Purvis, Robert Wade et John Logan d’après l’œuvre de Ian Fleming m’a juste scotché à mon siège en mettant à l’intérieur du film tout ce que j’attends d’un James Bond à savoir une intrigue prenante, un humour qui fait mouche, des James Bond girls, des gadgets, des décors paradisiaque et du glamour le tout saupoudré d’une grande classe. Déjà à l’époque de « Casino royale », j’avais beaucoup aimé ce retour aux sources, cette volonté de revenir à zéro pour repartir sur de bonnes bases. J’avais même regretté qu’on abandonne ce chemin dans « Quantum of solace » mais ici, le retour aux sources continue de se faire ressentir avec une multitudes d’hommages et de clins d’œils que je préfère ne pas révéler ici afin d’éviter de trop spoiler. Il y à bien sûr quelques facilités scénaristiques comme toujours mais elle ne m’ont en tout cas aucunement dérangés.

Quant à l’intrigue, c’est tout ce que j’aime aussi. J’aime quand notre héros est malmené, brutalisé, quand il semble dépassé par les événements et ici l’ensemble de sa carrière est remise en cause avec beaucoup de brio. On obtient alors un héros fatigué qui tel un phénix va chercher à renaître de ses cendres. Alors oui, depuis le premier film avec Daniel Craig, la franchise opte pour un virage qu’on à déjà vu dans un récent Batman ou un Jason Bourne à savoir une histoire sombre ancré dans l’actualité avec de la poussière, de la crasse et du sang sur les mains de nos héros mais qu’est ce que ça fait du bien quand l’ensemble est amené avec autant de réussite que peu l’être ce « Skyfall ».

Sur le fond, quant on y regarde de plus prêt, le film ne cherche pas à compliqué le scénario ce que je trouve agréable (c’est un défaut que je reproche aux anciens opus même si je les aime bien). Ça nous permet d’aller à l’essentiel, de nous concentrer sur le but de la mission et sur la psychologie des différents personnages. D’ailleurs, en parlant des personnages, je les trouve très bien écrit et j’ai beaucoup aimé la relation qu’on instaure ici entre James Bond et M qui va se retrouver au coeur du film avec en guise d’invité le fameux méchant qui lui aussi aura son importance dans le récit bien au delà du simple méchant en quête de pouvoir.

Cette histoire de vengeance permet aussi de trouver une certaine légitimité à nos héros et surtout au fonctionnement du MI6 ce que j’ai apprécié. Les décisions prises sont elles les bonnes ? Ont ils conscience du monde dans lequel ils vivent ? Et ce que le sacrifice est toujours nécessaire ? Ce sont des thèmes assez intéressant je trouve qui sont abordés et dont une partie des réponses est apporté de façon intelligente à mes yeux comme lors de la scène au tribunal que j’ai trouvé parfaite. De plus, en se plongeant au cœur de l’histoire de James Bond lui même, le film continue de nous prouver sa volonté de bien faire en respectant le personnage qui avec cet opus fête ses 50 ans. Il le réactualise sans pour autant le déformer. Avec « Skyfall », 007 fait un bon dans le 21ème siècle de façon magnifique je trouve sans pour autant regretter ni renier son passé, chose que je trouve brillante.

Alors oui, je trouve que le fond est vachement bien construit et intelligent même si il surfe sur une mode actuelle de héros sombre et sali mais « Skyfall » n’en n’oublie pas pour autant sa vocation première qui est celle de divertir et sur ce point là, on en à aussi plein les yeux. De l’action, du rythme, on voyage à travers les aventures de James Bond sans avoir forcément besoin de se prendre la tête et même si les James Bond girls sont moins présente que d’habitude et que les gadgets s’avèrent moins tape à l’oeil, le long métrage nous offre un excellent moment de divertissement qui se regarde avec beaucoup de plaisir je trouve sans jamais qu’on est le temps de s’ennuyer.

Au casting, Daniel Craig reprend à merveille son rôle de James Bond. Comme je l’ai dit un peu plus haut, c’est l’acteur qui fait le moins James Bond à mes yeux mais pourtant il à su s’installer dans cette franchise de fort belle manière grâce à un charisme indéniable et sans jamais paraître ridicule. Il fait moins Bond car il apparait plus comme un espion proche d’un Jason Bourne par exemple dans l’ère de notre temps mais pourtant il reste convaincant et continue de dépoussiéré la franchise et de faire vivre son personnage de bien bonne manière que ce soit au cœur de l’action ou lorsqu’il se remet en question. Si le choix de l’acteur pour incarner 007 à l’époque de « Casino royale »m’avait laissé un peu sceptique, dès sa première aventure et maintenant avec ce troisième volet, il me convainc que ça reste un très bon choix, un pari osé mais un pari réussi.

A ses côtés, on retrouve aussi Judi Dench déjà présente depuis l’ère Pierce Brosnan qui incarne toujours M d’une bien belle manière et de façon très convaincante. Je suis toujours en admiration face à sa prestation dans la saga et la façon dont elle à su faire vivre son personnage sans le ridiculisé et en se hissant au même niveau que ses homologues masculins avec un naturel saisissant là où des James Bond girls ont plus fait office de potiche. Elle incarne un peu la mère protectrice et sa relation avec 007 va ici prendre une toute autre dimension que j’ai beaucoup apprécié et que j’ai trouvé très intéressant. Ses dernières scènes du film ne m’ont pas laissé indifférent en tout cas et j’ai même eu quelques pincements au coeur surtout en repensant au pourquoi j’aimais cette actrice dans cette franchise.

Dans le rôle du vilain de service, on retrouve Javier Bardem en Raoul Silva qui avec ce film devient l’un de mes méchants préférés de la franchise. Lorsque j’ai vu les premières images du film avant sa sortie en salles, sa coupe de cheveux blonde me laissait sceptique mais au final il m’a vite fait outrepassé ce détail pour me concentré sur sa prestation qui fut brillante à un point que je regrette presque son arrivée tardive dans l’intrigue où pourtant il fait une rentrée fracassante face à James Bond. Très convaincant, très angoissant en psychopathe et surtout très charismatique, l’acteur est vraiment exceptionnel dans ce rôle et donne vraiment du fil à retordre à notre héros. J’ai beaucoup aimé ce méchant car je trouve qu’il offre un parfait alter égo à 007 tout en posant de bonnes questions lui aussi. Leur face à face et en tout cas convaincant et m’a beaucoup marqué surtout que pour une fois on à un méchant qui est motivé par autre chose qu’un acte de terrorisme ou une quelconque recherche de pouvoir ou de richesse.

Dans les rangs des James Bond girls, il y à peu de choses à dire. Faut dire aussi que contrairement aux habitudes de la saga, on voit très peu ses dernières, à peine dix minutes, un quart d’heure chacune à commencer par une Bérénice Marlohe en Séverine qui avait fait beaucoup parler d’elle avant la sortie du film car l’actrice représentait une nouvelle fois la France dans la peau d’une James Bond girls. Malheureusement pour elle donc, on la voit très peu. Ça l’empêche pas cependant de posséder le glamour nécessaire et de m’avoir plutôt convaincu dans la peau de son personnage même si le côté belle plante ressort une nouvelle fois. Pour Naomie Harris dans le rôle de Eve, c’est différent. On la voit peu aussi mais son personnage nous réserve des surprises (dont une très bonne vers la fin qui peut se laisser deviner au regard du film mais qui m’est apparu agréable) surtout qu’elle fait moins office de potiche de service. J’ai en tout cas beaucoup aimé son jeu et je serais curieux de la retrouver dans la saga James Bond.

Dans la peau de ceux qui réserve des surprises, il y à aussi Ralph Fiennes en Gareth Mallory. Lui aussi il nous réserve de belles surprises vers la fin du long métrage mais en tout cas dans l’ensemble je l’ai vraiment trouvé très bon dans « Skyfall ». Charismatique, il s’impose à l’écran sans pour autant tirer la couverture vers lui chose que j’ai beaucoup apprécier. C’est aussi le cas pour le plus jeune Ben Whishaw en Q que j’ai trouvé remarquable. Pourtant à lui sa tache était loin d’être facile car il passe dans la saga après Desmond Llewelyn qui était présent depuis les premiers volet et dont le décès en 1999 avait touché beaucoup de fans tant son jeu avait marqué la franchise. C’est la première fois sous l’ère Daniel Craig que ce personnage revient (ce qui accentue le retour aux sources plaisant) et c’est une bonne chose surtout que Ben Whishaw l’interprète à merveille avec une scène dans un musée qui nous permet tout de suite de le faire rentré dans la famille.

Autre second rôle que j’ai apprécié, celui de Albert Finney en Kincade que j’ai trouvé très sympathique même si il est surtout utile lorsqu’on évoque le passé de James Bond. Pour le reste de la distribution, je n’ai rien à redire tant j’ai trouvé que chaque acteurs faisait ce qu’il avait à faire de très bonne façon.

Autre nouveauté qui continue de dépoussiéré le mythe, c’est celui de confier la caméra d’un James Bond à un réalisateur oscarisé en la personne de Sam Mendes. Si le metteur en scène n’a pas su mettre sa patte dans ce film, c’est pas vraiment de sa faute car la saga est tout de même vachement calibré avec des éléments que les fans attendent de retrouver même si cela peut paraître clichés pour ne pas dénaturé l’esprit d’un 007. Cependant, Sam Mendes ne se contente pas de faire un film de commande bateau en filmant juste parce qu’on lui demande de tenir la caméra.

En effet, il nous donne une très belle mise en scène avec des plans qui s’enchaînent avec beaucoup de fluidité et de rythme rendant l’ensemble très dynamique même lorsqu’il n’y à pas de scènes d’action. Le montage est très réussi aussi et contribue à garantir cette lisibilité que l’on ressens durant tout le long métrage et qui nous tient en haleine. En parlant d’action, les scènes sont bien chorégraphié, avec beaucoup de classe et j’ai apprécié qu’on ne soit jamais perdu. J’ai retrouvé la force que j’avais vu dans « Casino royale » sans tomber dans les piège d’un « Quantum of solace » qui lui avait oublié ce qui avait vraiment plu aux spectateurs.

On à en tout cas de très beaux plans que j’ai beaucoup aimé comme cette vision de Bond sur les toits de Londres ou celui de M debout à côté de cercueils recouvert de drapeaux anglais pour ne citer que ceux ci. Les décors sont magnifiques et m’offre la belle invitation au voyage que je recherche dans ce type de divertissement même si parfois on sens que c’est un peu poussé dans le côté carte postale comme lors de la scène en Chine sans que ça gâche mon plaisir pour autant. Quant aux différents costumes, j’ai trouvé qu’ils étaient très bons et collait bien aux personnages sans jamais les ridiculiser.

J’ai beaucoup aimé aussi les différents accessoires tout comme les gadgets qui ne vise jamais dans la surenchère (ici on se contentera surtout d’un pistolet qui reconnait les empreintes de son propriétaire et d’une simple radio) et qui sont d’ailleurs bien incrustés dans le récit même si là encore on ne renie jamais le passé explosif de certains gadgets et/ou voitures que notre héros à pu avoir dans le passé. On peut regretter certains placements de produits qui sont mis de façon peu subtile mais qui font office d’habitude dans la saga maintenant au point que ça fait plus sourire qu’autre chose maintenant pour moi. Les effets spéciaux sinon sont très bons. Ils ne m’ont jamais choqués et m’ont scotché un peu plus dans cette histoire où chaque effets est parfaitement millimétrés et utiles même si on n’oublie pas de nous en mettre pleins la vue. Pour avoir vu le film en Imax (c’est la première fois qu’un James Bond est projeté sous ce format émoticône wink ), je tiens aussi à précisé que l’Imax rend le film encore plus grandiose, encore plus géant tout en mettant parfaitement en avant la mise en scène brillante de Sam Mendes. Ce format nous plonge encore un peu plus au cœur de l’action avec parfois des moments où on se sens dans le film comme lors d’une scène en haut d’un building qui m’a donné le vertige.

Pour ce qui est de la musique du film, la bande originale composée par Thomas Newman est elle aussi grandiose. Elle réussie la parfaite alchimie de garder et d’utiliser des thèmes sonores fort de la saga (comme le fameux thème composé par Monty Norman et John Barry) tout en gardant une musicalité plus contemporaine. De plus, bien que j’étais sceptique au début sur le choix de la chanteuse Adele (je suis pas spécialement fan même si je ne déteste pas), celle ci nous chante aussi un très bon thème phare pour cette aventure avec « Skyfall » du même titre que le film, que j’ai trouvé très bon et qui colle bien à l’univers de 007 le tout bien mis en image par un générique réussi. On pourra aussi noter que le fameux gunbarrel apparait une nouvelle fois à la fin du long métrage même si ici, je l’ai trouvé utilisé de façon moins judicieuse que pour « Casino royale ».

Pour résumer, pas besoin de faire de dessins j’ai adoré ce « Skyfall » à tel point que dès ma sortie du cinéma, je voulais déjà le revoir et que j’ai hâte de me procurer le Blu-ray pour pouvoir le revoir chez moi. Il s’inscrit en tout cas comme « Casino royale » parmi les meilleurs épisodes de la franchise pour moi en me faisant totalement oublier l’affront qu’avait pu être « Quantum of solace ». Très moderne sans jamais renier son passé, pour le fan de la franchise que je suis ce fut une vraie claque et un vraie plaisir pour moi que de suivre cette 23ème aventure de la saga officielle où Daniel Craig reprend à merveille le rôle titre et où le reste de la distribution nous réserve de belles surprises sous la très bonne caméra de Sam Mendes. Un excellent film comme je les aime et qu’il me tarde de revoir. La chanson d’Adele nous dis « This is the end » mais quand à l’écran s’affiche à la fin « James Bond reviendra » comme à la belle époque et bien vous savez quoi, j’en ai eu des frissons et je n’attends que ça qu’il revienne.

4/5 (Excellent)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s