Lolo

Lolo Lolo. 1 heure 39. France. Comédie. Sortie en France le 28 octobre 2015. Réalisé par Julie Delpy avec Dany Boon, Julie Delpy, Vincent Lacoste, Karin Viard, Antoine Lounguine, Elise Larnicol, Georges Corraface…

En thalasso à Biarritz avec sa meilleure amie, Violette, quadra parisienne travaillant dans la mode, rencontre Jean-René, un modeste informaticien fraîchement divorcé. Après des années de solitude, elle se laisse séduire. Il la rejoint à Paris, tentant de s’adapter au microcosme parisien dans lequel elle évolue. Mais c’est sans compter sur la présence de Lolo, le fils chéri de Violette, prêt à tout pour détruire le couple naissant et conserver sa place de favori.

Bien que sa bande annonce avait l’air de raconter une grosse partie du film, je dois bien avouer que j’avais souris en la découvrant. Du coup, j’étais assez curieux de voir si « Lolo » pourrait me faire rire en salles surtout que le casting me plaisait bien et que je n’ai rien contre les comédies françaises normalement.

Au début, c’était bien parti. Je suis très vite rentré dans cette histoire et même si l’effet comique fut un peu diminué par la perte de surprise car effectivement, la bande annonce en montre beaucoup trop, je me suis quand même bien marré.

Les différents portraits me plaisaient et même si je reconnais volontiers que l’ensemble apparaissait facile, je passais un bon moment… Mais ensuite, le soufflé est vite retombé de mon côté. Une seconde partie un peu plus poussif ne me faisait plus trop sourire (ou juste nerveusement) et le final est loin de m’avoir convaincu.

En fait, même si globalement j’ai passé un bon moment, plus le long métrage avançait et plus je me détaché pour au final me retrouver devant un simple bon divertissement qui du coup, a su s’arrêter à temps.

Pourtant, ce n’est pas vraiment de la faute des acteurs, c’est vraiment le scénario qui m’a déçu au fur et à mesure. Dany Boon (Jean-René) occupe un registre qu’il connait bien et s’en sort bien. Son couple avec Julie Delpy (Violette) est très sympathique. J’ai beaucoup aimé d’ailleurs la folie et la fraicheur de cette dernière.

Si je ne suis pas spécialement un fan de Vincent Lacoste (Lolo) sans pour autant le trouver désagréable, je trouve qu’il livre ici une bonne prestation et montre des choses intéressantes. D’ailleurs, si le final est loin de m’avoir plu, dans cette fin, c’est surtout le jeu de l’acteur que j’ai bien aimé. Je serais d’ailleurs très curieux de le voir jouer un rôle qui va beaucoup plus loin dans la folie.

Derrière ce trio, bien que mise en avant sur l’affiche, Karin Viard (Ariane) est très en retrait. C’est dommage car son personnage m’a vraiment beaucoup fait rire et c’est aussi en prime une comédienne que j’aime bien voir sur grand écran. Si on les voit nettement moins, ça m’a fait plaisir de retrouver également le temps de quelques scènes des comédiens tels que Elise Larnicol (Elisabeth), Ramzy Bédia (l’homme à l’Aston Martin) ou encore Georges Corraface (Sakis).

Bien que je n’ai pas vu toute ses réalisations, pour le peu que j’ai pu visionner, j’aime beaucoup le travail de Julie Delpy qui apporte souvent pas mal de fraicheur et une identité propre à elle dans ses films selon moi. Ici, cela partait bien avec d’ailleurs un générique que j’ai apprécié mais tout comme le scénario, petit à petit mon plaisir s’est un peu effrité.

Ce n’est pas catastrophique non plus, c’est même bien filmé et agréable à suivre. La perte de rythme que j’ai pu ressentir sur la fin vient surtout du fait que j’ai vite décroché mais dans sa réalisation, sans que je puisse expliquer pourquoi, je n’ai pas retrouvé cette douceur visuelle qui avait pu me plaire.

Maintenant encore une fois, j’ai quand même bien aimé et ce n’est vraiment pas la mise en scène qui m’a le plus dérangé durant mon visionnage. J’ai apprécié sinon les différents décors et notamment l’appartement de Violette qui colle très bien à son caractère je trouve tout en montrant bien à quel point Lolo peut l’étouffer. La bande originale est elle aussi très agréable et accompagne bien le film.

Pour résumer, « Lolo » avait tout pour lui. Ce film aurait pu être une vraie bonne comédie que j’aurai adoré. Si j’apprécie qu’on pousse loin le délire, ici, Julie Delpy a peut-être été un peu trop loin pour moi et alors qu’elle m’a vite accroché, elle m’a ensuite vite distancé avant de me perdre dans un final pour lequel je n’ai eu aucune empathie. C’est dommage car du coup si le divertissement reste quand même appréciable, ce n’est pas la sucrerie que j’attendais.

3/5 (Bien)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s