Le pont des Espions

Le pont des EspionsLe pont des Espions (Bridge of Spies). 2 heures 12. États-Unis. Espionnage. Sortie en France le 2 décembre 2015. Réalisé par Steven Spielberg avec Tom Hanks, Mark Rylance, Scott Shepherd, Amy Ryan, Sebastian Koch, Alan Alda, Austin Stowell, Peter McRobbie, Mikhail Gorevoy, Will Rogers…

James Donovan, un avocat de Brooklyn se retrouve plongé au cœur de la guerre froide lorsque la CIA l’envoie accomplir une mission presque impossible : négocier la libération du pilote d’un avion espion américain U-2 qui a été capturé.

Avec Luc Besson en son temps, Steven Spielberg est celui qui a fait naitre ma cinéphilie à l’époque où celle-ci n’était pas encore au stade de passion. C’est donc avec toujours autant de joie que j’accueille l’annonce de l’un de ses projets. Quand en plus, il est associé avec Tom Hanks qui est un acteur que j’apprécie beaucoup aussi, aller voir en salles « Le pont des Espions » s’avère être une évidence.

Ce n’était pourtant pas gagné d’avance dans le sens où j’ai un peu de mal avec les histoires d’espionnage. Je trouve qu’on fait souvent compliqué pour pas grand-chose puis, quand je vais au cinéma, j’aime ne pas trop me prendre la tête donc les récits où tout se mélange sous fond de politique, ce n’est pas trop ma tasse de thé même si je n’ai rien contre et que je reste curieux de nature.

Heureusement, on est ici en présence d’un film d’espionnage qui me plait bien. Certes ce côté politique ne m’envoûte toujours pas des masses mais l’histoire se laisse suivre de façon assez agréable. Divisé en deux parties, j’ai bien aimé la première partie qui tente de défendre un peu un idéal de justice. Cette façon de ne pas condamner une personne même si on est en désaccord avec elle mais la replacer sur l’échiquier et tenter de voir sa position, j’ai trouvé ça très intéressant.

La deuxième partie est un peu plus rythmée. On est presque dans un autre film, une autre dynamique. Cette fois-ci, on est plus dans le jeu du chat et de la souris à voir qui va craquer en premier et qui va faire le premier faux pas. Cette seconde partie plus tendue est très sympathique également. Le côté « politiciens qui ne se mouillent pas » n’est pas très novateur mais adapté d’une histoire vraie, j’ai apprécié la façon dont on nous montre les négociations tout en nous replongeant dans la Russie et l’Allemagne de l’époque après une première partie américaine. L’ensemble possède aussi parfois un très léger humour qui s’intègre bien sans être trop lourd.

Côté distribution, la grande vedette c’est Tom Hanks (James Donovan). Le long métrage est principalement centré sur son personnage pour lequel on éprouve très vite une énorme sympathie. Bien sûr ce côté un peu trop « propre » sur lui peut porter défauts, on peut regretter que le chevalier ne possède pas davantage de nuances de gris mais le comédien joue toujours à merveille ce type de personnage et il porte très bien le film ici donc je ne vais pas me plaindre.

A ses côtés, même si elle est quasiment absente de la seconde partie, l’acteur dont je retiens la prestation principalement, c’est Mark Rylance (Rudolf Abel). J’ai vraiment énormément aimé son jeu tout en retenu. Son personnage un brin complexe est vraiment captivant au point que tout comme James Donovan, on ne réussit jamais à le détester même si dans ce genre de production, le gentil est bien souvent du côté américain. Mark Rylance forme en tout cas un excellent duo avec Tom Hanks que j’ai beaucoup aimé suivre et qui fonctionne bien.

Derrière, le jeu des différents comédiens est très bon mais j’ai été moins marqué. Scott Shepherd (Hoffman) en fait un peu trop parfois mais ça va bien avec son rôle, Alan Alda (Thomas Watters) est fidèle à ce que je vois de lui d’habitude, Sebastian Koch (Wolfgang Vogel) manque un peu de charisme, Amy Ryan (Mary Donovan) manque un peu de temps de présence à l’écran pour exister et Mikhail Gorevoy (Ivan Schischkin) s’en sort bien.

En fait, plus j’y repense et plus j’aime bien ce casting à l’exception peut-être de Austin Stowell (Francis Gary Powers) que j’ai trouvé un peu trop lisse et fade. Je me faisais plus de « soucis » pour le sort de l’espion russe que pour celui de l’américain ce qui est dommage, même Will Rogers (Frederic Pryor) m’apparaissant plus intéressant…

La réalisation de Steven Spielberg est sinon une nouvelle fois excellente. Je ne suis peut-être pas objectif mais je suis toujours aussi fan de sa façon de cadrer et de filmer ses récits avec une justesse que l’ensemble nous apparait juste très beau sans pour autant prendre le dessus sur le scénario. Il faut dire aussi que la photographie de son mythique collaborateur Janusz Kaminski fait encore des étincelles. Si le sujet ne m’a pas toujours pris avec lui, le visuel en revanche m’a semblé magnifique et fait que je ne regrette vraiment pas d’avoir suivi cette histoire au cinéma.

Après, ce n’est sans doute pas le meilleur film de Steven Spielberg mais ce dernier possède une telle maitrise que je ne peux que apprécier le résultat. J’ai beaucoup aimé aussi les différents décors qui nous replongent bien dans cette guerre froide et cette chasse aux espions. L’atmosphère générale m’a plu et même si par moment, j’aurais quand même aimé que le film soit un tantinet plus court, chaque scène me semble parfaitement à sa place. La bande originale s’intègre très bien aussi dans ce long métrage.

Pour résumer, moi qui ne suis pas friand d’une manière générale de film d’espionnage, je dois reconnaitre que celui-ci m’a beaucoup plu. J’ai parfois un peu décroché à cause de ce genre que je n’affectionne pas plus que ça mais ça reste quand même un excellent film que je reverrais avec beaucoup de plaisir. Steven Spielberg réalise encore un très beau film tandis que son association avec Tom Hanks mais également Janusz Kaminski fait encore des étincelles. « Le pont des Espions » pas indispensable selon moi dans sa filmographie mais néanmoins suffisamment intéressant pour que l’on se plonge dedans.

4/5 (Excellent)

Publicités

2 réflexions sur “Le pont des Espions

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s