Die hard 3 : Une journée en enfer

Une journée en enferDie hard 3 : Une journée en enfer (Die hard with a vengeance). 2 heures 08. États-Unis. Policier – Action. Sortie en France le 2 août 1995. Réalisé par John McTiernan avec Bruce Willis, Samuel L. Jackson, Jeremy Irons, Colleen Camp, Larry Brygman, Anthony Peck, Nick Wyman, Sam Phillips, Stephen Pearlman, Kevin Chamberlin, Charles Dumas, Graham Greene…

John McClane est cette fois-ci aux prises avec un maître chanteur, facétieux et dangereux, qui dépose des bombes dans New York.

L’avis qui suit a été écrit lors d’une ancienne version de ce blog. Je le reposte ici car je l’ai revu récemment 😉 .

Troisième volet de la saga des « Die hard », John McTiernan redonne un second souffle à John McClane. Si dans « 58 minutes pour vivre », on passait un bon moment malgré l’effet de surprise qui avait disparu, ce troisième opus renoue à merveille avec le commencement de la saga et son « Piège de cristal ».

Du côté du scénario, on finit avec les décors à huit clos. Si dans le premier film, l’action se déroulé dans un immeuble et que pour le second on avait étendu l’action à un aéroport, pour ce troisième volet c’est carrément une ville tout entière qui devient le terrain de jeu d’un psychopathe. Le scénario regorge de facilité comme des explosions où tout le monde se sort indemne où bien des terroristes qui font avec facilité ce qu’ils veulent par exemple mais il reste néanmoins efficace et très divertissant. L’action revient sur le devant de la scène avec une sacrée bonne dose d’humour et le côté compte à rebours pour les différentes « épreuves » que devront affronter John McClane et Zeus apporte un rythme très soutenu au film.

La distribution est quant à elle tout aussi exceptionnelle. Bruce Willis continue de donner ses lettres de noblesses à son personnage et apporte tout son talent pour en faire malgré les facilités scénaristiques un personnage convaincant. A ses côtés, le duo qu’il forme avec Samuel L. Jackson donne plus d’envergure à John McClane et ce tandem fonctionne très bien chacun étant complémentaire et indispensable à l’autre.

Jeremy Irons apporte pour sa part tout son charisme pour faire un méchant vraiment méchant dans la même trempe qu’Alan Rickman dans le premier opus que l’on aperçoit le temps d’un flashback. Bruce Willis, Samuel L. Jackson et Jeremy Irons, à eux trois ils portent le film sur leurs épaules et contribue très largement au succès de ce film. Leurs personnages sont bien écrits mais l’interprétation que les acteurs livrent est à la hauteur des espérances des spectateurs.

Les plus nostalgiques de la saga regretteront sans doute le fait que Bonnie Bedelia et Reginald Veljohnson n’apparaissent plus au générique mais cette nouvelle vague dans la saga apporte un brin de fraîcheur et de nouveauté qui n’est pas pour déplaire et qui avait fait défauts à « 58 minutes pour vivre ».

Du côté de la mise en scène, les fans seront ravis de retrouver John McTiernan qui revient dans cet univers qu’il connait bien pour l’avoir mis en scène dans le premier épisode. Le réalisateur livre une mise en scène très convaincante et excellente qui colle très bien au film et lui donne plus d’ampleur.

Les effets spéciaux ont évolué depuis 1988, date de « Piège de cristal », et John McTiernan les utilise de très bonne façon dans des scènes d’actions plus spectaculaires les unes que les autres. Le réalisateur maitrise très bien sa caméra. La façon dont il commence le film par un lever de soleil qui rend la ville de New York tout simplement magnifique avec une musique enjoué pour rapidement mettre le côté dramatique de l’histoire en piste est vraiment très bonne. Le spectateur n’as pas le temps de souffler une seule seconde et il est rapidement plonger en plein cœur de l’action.

Pour résumer, « Une journée en enfer » relance (et clôture aussi à l’époque 😉 ) la saga « Die hard » d’une très bonne manière en lui donnant un second souffle plus percutant et plus efficace. L’histoire se renouvelle et prend de la fraîcheur malgré le côté sombre de l’histoire. Si j’ai toujours une légère préférence pour le premier film, ce troisième volet se trouve néanmoins juste à côté dans mon estime. Un pur divertissement riche en action et en humour comme je les aime où on ne voit pas le temps passer.

Petite note personnelle, après avoir visionné la fin alternative d’ « Une journée en enfer », je trouve vraiment dommage que la production ait décidé de la changer. Cette fin était plus sombre certes mais elle collait mieux au film, à l’esprit que John McTiernan voulait donner à son film et était vraiment très intense. Je trouve ça dommage que ça soit plus le réalisateur et/ou les scénaristes qui décident de comment sera le film mais plutôt les producteurs qui préfèrent parler bénéfice plutôt que cinéma. La vision d’un film qu’à son réalisateur et/ou son scénariste ne devrait pas être touché pour faire parler les porte-monnaie je trouve. L’art on aime ou on n’aime pas mais c’est avant tout une vision pour moi que l’on se doit de respecter. « Une journée en enfer » reste cependant un film excellent que je recommande 😉 .

5/5 (Approved by Vladdy)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s