Rocky 2

Rocky 2Rocky 2. 1 heure 59. États-Unis. Drame – Action. Sortie en France le 29 février 1980. Réalisé par Sylvester Stallone avec Sylvester Stallone, Talia Shire, Burt Young, Carl Weathers, Burgess Meredith, Tony Burton, Joe Spinell, Sylvia Meals…

Après avoir fait trembler le champion Apollo Creed, Rocky Balboa obtient le droit de l’affronter à nouveau. Apollo Creed ne supporte en effet pas d’avoir été ainsi bousculé…

Décidé à me replonger dans mon adolescence et décidé à me replonger dans la franchise, c’est tout de suite dans la foulée du premier épisode que je me suis mis à revoir pour la énième fois « Rocky 2 ». Confortablement installé, le lecteur Blu-ray en marche, j’ai donc remis mes gants pour ce nouveau combat.

Si ce n’est pas le volet que j’aime le moins de la franchise (oh oui, ne vous en faites pas, je vais aussi revenir sur « Rocky 5″…), je dois bien reconnaître que cet épisode est celui qui me parle le moins. Il n’est pas mauvais loin de là, je le revois d’ailleurs toujours avec plaisir mais il est vrai que c’est tout de même celui que j’évoque le moins lorsque je parle des Rocky.

Il faut dire aussi que le scénario peine un peu à se lancer je trouve. Si le côté un peu lent du premier film ne me dérangeait pas, ici, je trouve que cela lui porte quand même assez préjudice. Il faut vraiment attendre la fin avant d’avoir un peu d’action à se mettre sous la dent et retrouver la hargne que l’on aime tant chez ce héros.

Avant cela, on a le droit à la descente aux enfers d’une nouvelle star qui n’a pas su exploiter son image. Le thème est assez intéressant je trouve. La perte de revenu, cette sensation de retour en arrière, une société qui nous acclamais et qui maintenant semble nous oublié… Ce sont des thèmes assez puissants qui peuvent former une suite logique.

Cependant, la mayonnaise ne prend pas forcément sans que je ne puisse expliquer pourquoi. Ça reste sympathique, je suis d’ailleurs toujours cette aventure avec plaisir mais il y a un petit côté plombant qui m’embête un peu. Peut-être que le fait de retrouver Apollo Creed plutôt qu’un autre adversaire joue aussi même si ses retrouvailles auront de l’importance pour la suite de la saga et s’avère au final être une bonne chose.

Je reste un peu sur ma faim donc mais j’en ai quand même pour mon argent. Je retrouve des personnages que j’affectionne et j’apprécie cette volonté de vouloir aller plus loin avec eux tout en nous les faisant évoluer sans jamais pour autant dénaturer ce qui fait qu’on les aime. Vient ensuite le fameux entraînement et le combat final qui avec Apollo Creed fait donc un peu répétitif mais qui fonctionne malgré tout.

Côté répétition, cela joue aussi sur la distribution. On prend les mêmes et on recommence. Heureusement que les acteurs maitrisent bien leurs personnages car du coup, on ne va pas se mentir, c’est quand même un plaisir de les revoir à commencer par Sylvester Stallone (Rocky) qui gagne en charisme. C’est dommage qu’au début il nous le ridiculise un peu mais après l’acteur réussit à bien rebondir et on retrouve le personnage avec la niaque que l’on aime tant.

Carl Weathers (Apollo Creed) revient lui aussi en pleine forme. Encore plus imbue de lui-même, sa défaite dans le film précédent rend son personnage encore plus tête à claques. En ça, la prouesse qui est faite par la suite de nous le rendre sympathique est quand même à signalé. Avec le recul, je trouve ça d’ailleurs vraiment bien et même si on commence déjà à jouer beaucoup sur les caricatures, le comédien s’en sort bien.

Talia Shire (Adrian) continue de beaucoup me plaire également. Son personnage est vraiment important, ce n’est pas qu’une simple plante qui va attendre son boxeur de mari et je trouve que de toute la saga, c’est celle dont l’évolution est la plus subtile et la plus intéressante. L’actrice reste en retrait quand il le faut mais elle est là quand même tout en faisant ce que l’on attend d’elle.

Burt Young (Paulie) me fait toujours aussi marrer sinon tandis que Burgess Meredith (Mickey) fait toujours le job d’entraîneur très bien avec ce brin de folie qui me plait même si il réserve peu de surprises. On voit un peu plus Tony Burton (Duke) dans ce volet ce que j’aime également tout comme j’apprécie la présence, même anecdotique car on ne la travaille pas autant que celle d’Adrian et c’est dommage, de Sylvia Meals (Mary Anne Creed).

Cette fois-ci en tout cas, Sylvester Stallone reprend les rênes de son enfant et passe derrière la caméra. Ce que je peux en dire, c’est que j’aime bien le résultat. C’est dommage que le scénario ne suive pas toujours car dans la mise en scène, je trouve que c’est assez rythmé avec de très bons plans qui forment une bonne continuité avec le premier opus.

On sent qu’il y a plus de moyens, on ressent qu’il y a eu une passation de témoin derrière la caméra mais ce n’est jamais choquant d’autant plus que l’ensemble est très bien filmé. Après, on voit aussi que la franchise reste sur ses acquis. Il y a peu de prises de risques avec une trame quasi identique dans le traitement mais je ne boude pas mon plaisir. J’aime beaucoup aussi retrouver une bande originale que je continue de trouver diablement efficace.

Pour résumer, « Rocky 2 » est moins bon que son prédécesseur, la faute sans doute à un effet de répétitions qui donne une légère sensation de surplace accentué par le fait que le long métrage tarde un peu à s’emballer. Quoiqu’il en soit, je reste quand même toujours pris dans cette franchise. Je ne suis peut-être pas objectif, c’est peut-être l’adolescent en moi qui parle mais j’aime quand même toujours autant revoir cette suite, certes imparfaite, mais bien efficace tout de même.

4/5 (Excellent)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s