Le loup-garou (1941)

Le loup-garouLe loup-garou (The wolf man). 1 heure 10. États-Unis. Fantastique. Sortie aux États-Unis le 12 décembre 1941 et en France le 25 juillet 1945. Réalisé par George Waggner avec Lon Chaney Jr., Claude Raines, Maria Ouspenskaya, Warren William, Bela Lugosi, Ralph Bellamy, Joan Peers, Fay Helm, J.M. Kerrigan, Evelyn Ankers, Jessie Arnold…

Larry Talbot est de retour dans son pays, où il est accueilli par son père, le châtelain Sir John Talbot. Il y fait la connaissance de Gwen Conliffe, qu’il accompagne le soir même à une fête donnée par une troupe de bohémiens. Là-bas, une jeune fille, Jenny, est attaquée peu de temps après leur arrivée par un loup, tandis que le jeune lord est mordu par la bête en lui portant secours. Le lendemain, Jenny est retrouvé morte…

Tout comme pour « L’homme invisible », je connaissais le mythe du film « Le loup-garou » mais je ne l’avais jamais vu jusqu’à aujourd’hui. Il faut dire que depuis sa sortie, la bête a été, à de maintes reprises, exploitées au cinéma avec plus ou moins de réussite mais j’étais quand même assez curieux d’une manière générale de découvrir ce classique.

Pour le coup, je dois bien admettre que je suis resté sur ma faim. Pas de grosses surprises pour moi dans ce scénario. J’ai eu exactement ce à quoi je m’attendais mais en même temps, il manque au long métrage une once de folie et de charme vis à vis de son sujet pour que je puisse être littéralement transporté.

En effet, si l’intrigue reste sympathique, je trouve que le fameux loup-garou qui suscite ici notre intérêt tarde beaucoup avant d’arriver. Cela pourrait être un détail en soit, cela aurait même pu lui donner son charme mais le problème, c’est que à côté de ça, si on enlève la bête, il n’y a pas grand-chose qui a su m’intéressai dans cette histoire.

Pire, je trouve que le personnage de Larry Talbot sur qui on va devoir se concentrer est assez ennuyeux. Il m’est même apparu assez lourdingue au début au point que j’ai assez vite décroché. Après, je veux bien remettre ce long métrage dans son époque et lui trouver certaines qualités (c’est d’ailleurs pour ça que ma note ressentie n’est au final pas si basse que ça) mais il lui manque cette tendresse et cette poésie que j’aurais aimé avoir.

Je n’ai pas été non plus convaincu plus que cela par la distribution à commencer par un Lon Chaney Jr. (Larry Talbot) qui m’a paru assez lourd. Le comédien possède une carrure et un charisme indéniable, il existe à l’écran et il a une gueule de cinéma cependant, son interprétation est loin de m’avoir plu. C’est pas non plus catastrophique mais vu que c’est censé être un peu le héros de ce récit, le fait de ne pas toujours croire en son jeu m’a évidemment pénaliser dans mon appréciation du film.

Claude Raines (Sir John Talbot) s’en sort pas mal. Il ne tire pas trop la couverture vers lui mais son rôle reste intéressant et l’acteur l’interprète plutôt bien. Mon problème, c’est surtout que je n’ai jamais cru non plus à la relation père-fils que son personnage est sensé avoir avec celui de Lon Chaney Jr. Les deux comédiens font plus collègues ou vieux amis que parents ce qui fait un peu tâche avec ce que l’on nous raconte.

Après derrière, l’ensemble du casting joue le jeu. On est dans la surenchère mais ça ne me choque pas dans ce genre de vieille production. Dommage aussi que le rôle féminin de Evelyn Ankers (Gwen Conliffe) soit sous exploité mais encore une fois, ça deviens une habitude pour ce genre de film à cette époque même si je n’ai pas la prétention d’avoir vu tous les films de l’époque, je fais une généralité de ce que j’ai pu voir jusqu’à présent.

Même si on le voit peu, c’est toujours marrant pour moi de voir Bela Lugosi (Bela) tandis que je ne comprends pas encore très bien le traitement caricatural que l’on a donné à Maria Ouspenskaya (Maleva) dans la peau de la gitane qui va parfois tenir des propos assez brouillon je trouve qui ralentiront le rythme du film sans que celui-ci en ait spécialement besoin.

Si c’est agréable à suivre, je n’ai pas non plus été ému plus que ça par la réalisation de George Waggner. Je retrouve certes de beaux plans, la photographie est belle, la lumière aussi et les décors en cartons donne du charme à l’ensemble mais il manque quand même dans cette mise en scène un brin de folie à mes yeux qui aurait pu lui donner une identité propre. Maintenant, je veux bien croire que pour un film de 1941 ça reste correct mais il y a des films antérieurs (comme « L’homme invisible », « King Kong » ou « Frankenstein » pour ne citer que ceux-ci) dont la réalisation m’a nettement plus bluffé.

L’ensemble manque un peu de lyrisme, de poésie. A l’image du personnage de Larry Talbot, j’ai trouvé que tout était un peu trop lourd comme si on nous posait les images comme ça sans jamais crée une once de saveur. Pourtant le montage est pas trop mal ficelé et la durée du film pas excessive mais je reconnais que je me suis quand même un peu ennuyé parfois.

Visuellement, je ne suis pas très objectif car avec le Blu-ray, j’ai eu le droit à une restauration de l’image de qualité mais je trouve quand même que le coup de vieux du film se fait ressentir au détriment du charme que j’aime ressentir parfois. Là aussi, il y a un manque de folie et même si je sais que le film date quand même, le loup-garou en question est assez risible maintenant, ça ne marche pas vraiment sur moi. Autre détail, la bande originale de Charles Previn, Hans J. Salter et Frank Skinner que j’ai trouvé très lourde également.

Pour résumer, je suis resté sur ma faim (de loup?) avec « Le loup-garou ». Le film n’est pas mauvais foncièrement, il est plein de bonnes intentions et quand on le replace dans son contexte, je comprends aisément le statut de classique du cinéma que ce long métrage peut avoir. Seulement voilà, si d’autres monstres mythique ont su me charmer, ce n’est pas le cas ici. L’ensemble est trop lourd je trouve, l’interprétation de Lon Chaney Jr. manque de finesse et la réalisation manque de folie à mes yeux. Maintenant, ça reste quand même un divertissement honorable qui se laisse suivre. En condition, il y a même matière à passer un bon moment mais je suis quand même sorti de mon visionnage avec un brin de frustration…

3/5 (Bien)

Publicités

3 réflexions sur “Le loup-garou (1941)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s