Joséphine s’arrondit

Joséphine s'arronditJoséphine s’arrondit. 1 heure 30. France. Comédie. Sortie en France le 10 février 2016. Réalisé par Marilou Berry avec Marilou Berry, Mehdi Nebbou, Sarah Suco, Cyril Gueï, Vanessa Guide, Medi Sadoun, Josiane Balasko, Victoria Abril, Bérangére Krief, Caroline Anglade, Zahia Dehar…

Depuis deux ans, Gilles (homme-parfait-non-fumeur-bon-cuisinier-qui aime-les-chats) et Joséphine (fille-attachiante-bordélique-mais-sympathique) s’aiment. Tout est parfait. Jusqu’à une nouvelle inattendue : ils seront bientôt trois. Ne pas devenir comme sa mère, garder son mec et devenir une adulte responsable, tout un tas d’épreuves que Joséphine va devoir affronter, avec Gilles… à leur manière.

Je vais être honnête tout de suite, si je suis allé voir « Joséphine s’arrondit », c’est surtout parce qu’il s’agissait pour moi d’une avant-première et que j’avais envie de voir l’équipe du film. J’avais complétement oublié le premier film (c’est une amie qui m’a rafraichit un peu la mémoire) même si je me souvenais avoir passé un moment divertissant et je n’attendais rien d’autre de cette suite que de passer un bon moment sans prise de tête et tant pis, si ce n’est pas mémorable.

L’avenir me dira si cette suite me restera en tête ou pas mais je dois reconnaître que ce fut pour moi une très bonne surprise. De mémoire, je ne m’étais d’ailleurs pas autant marré devant le premier film. Ici, même si ça ne vole pas haut et que les gags sont complétement cons voir parfois un peu prévisible, j’ai quand même pas mal souris et la salle où j’étais on rit de bon cœur aussi ce qui rendait ce divertissement encore plus sympathique.

Pas de grosse nouveauté donc dans le fond si ce n’est une impression que le film a voulu aller plus loin. De l’aveu de la réalisatrice, le scénario s’éloigne un peu de la bande dessinée d’origine. Je vais la croire sur parole car hormis quelques planches, je ne l’ai pas lu mais en tout cas, l’histoire tient la route je trouve.

C’est gros mais ça fonctionne plutôt bien. Les différentes étapes de cette grossesse sentent bon le vécu. On sent qu’il y a des anecdotes derrière et pour avoir parlé avec l’équipe du film après la projection, d’après les spectateurs présent dans la salle, si l’aspect comique est bien sûr outrageusement exagéré, les parents et les futurs parents semblent s’être assez facilement identifié à cette farce plaisante.

Devant la caméra, le casting fait lui aussi plutôt bien le boulot à commencer par une Marilou Berry (Joséphine) qui semble prendre beaucoup de plaisir à retrouver son personnage. Elle s’amuse, on s’amuse et plus la comédienne va loin, plus on rentre dans le délire. C’est simple, efficace et même si l’on nous décrit son rôle comme une femme atta-chiante, moi qui me suis laissé prendre au jeu, j’ai été plus touché par son côté attachante que par son côté chiante. J’aime en tout cas le fait que son personnage soit bourré de défauts mais qu’on l’aime quand même.

A ses côtés, Mehdi Nebbou (Gilles) est lui aussi excellent. J’ai trouvé que sa prestation était vraiment très bonne. On a pour lui aussi beaucoup de sympathie et il est intéressant de voir l’évolution de son personnage, de le voir prendre de la confiance en lui et de se battre pour enfin imposer ses idées et ses avis. Sur certains côtés, j’ai de la tendresse pour son rôle car je me reconnait sur pas mal de points en lui (même si je ne m’estime pas aussi « parfait » 😉 ) et j’ai beaucoup apprécié le fait qu’on ne délaisse pas le traitement de son personnage. Le final de son rôle est d’ailleurs assez magnifique je trouve et sans spolier la scène, l’acteur nous livre une folie que j’ai trouvé excellente.

Parmi les amis de notre héroïne, Sarah Suco (Sophie) est pas mal du tout également. Là encore, même si ce n’est pas un personnage principal, je trouve ça intéressant le traitement fait à son sujet. Sa relation avec l’excellent Medi Sadoun (Le médecin) est parfaite. Je trouve qu’il y a une bonne complicité entre eux et le parallèle avec le côté paumé que Joséphine pouvait avoir dans le premier film rend ce couple encore plus attachant.

Un peu moins mis en avant mais tout aussi bon, Cyril Gueï (Cyril) et Bérengère Krief (Chloé) m’ont beaucoup amusé aussi. Dommage que le premier tarde à vraiment trouvé sa place dans ce casting et que la seconde n’intervient que par caméra interposé car les deux comédiens incarnent bien les amis que l’on aimerait avoir. On a envie de rentrer dans leur délire.

On la voit assez peu au final mais Josiane Balasko (La mère de Joséphine) est tout aussi excellente. Ses apparitions m’ont énormément plu tout comme ceux de Victoria Abril (La mère de Gilles), parfaitement décalé comme je l’aime ainsi que Vanessa Guide (La sœur de Joséphine) bien perché aussi et où la comédienne semble très à l’aise avec son rôle.

Dans les rôles nettement plus secondaire mais tout aussi sympathique a observé, je retiens également Caroline Anglade (Alexandra) dans la peau d’une patronne hystérique qui m’a énormément fait sourire avec son fils ainsi que Zahia Dehar (Le mannequin lingerie) dont le caméo est tout aussi surprenant que drôle.

Pour sa première réalisation, Marilou Berry s’en sort en tout cas très bien derrière la caméra. Elle ne révolutionne pas la comédie française, l’ensemble est composée de plans assez classique mais ça reste quand même assez propre et à l’image du film. Sa mise en scène est fluide, agréable et après une scène d’ouverture que j’ai trouvé un peu limite dans le sens où elle ne m’a pas fait plus sourire que ça (ce ralenti un peu lourd est peut-être le seul moment qui m’a fait peur), je suis parfaitement rentré dans son univers.

Que ce soit dans les décors, les accessoires, la photographie ou la lumière, il n’y a pas véritablement de scènes qui m’ont surpris mais le résultat s’avère quand même réussi. Il y a bien des passages qui m’ont plus fait sourire que d’autres (comme la folie finale de Gilles justement) mais pas de scènes fortes qui me resteront en tête.

Il n’empêche que pour ses premiers pas en tant que réalisatrice, même si tout n’est pas parfait, Marilou Berry n’a vraiment pas de quoi avoir honte de ce qu’elle nous propose. Certes c’est classique mais elle maitrise son sujet. Si cette suite m’a plus fait sourire que le volet précédent, la réalisation doit aussi y être pour quelque chose je pense. La bande originale de Matthieu Gonet est agréable également et emballe bien ce film.

Pour résumer, « Joséphine s’arrondit » ne sera sans doute pas la comédie de l’année. Le long métrage ne va pas bousculer ce que l’on a l’habitude de voir ses dernières années dans la comédie française. Cependant, le divertissement est malgré tout très réussi. Si l’on rentre dans le délire, il y a vraiment de quoi passer un bon moment. Ce fut le cas pour moi. J’ai beaucoup souris, j’ai trouvé le scénario intéressant sur certains points, les gags complétement con et parfois prévisible ont fonctionné sur moi, le casting m’a plu et la mise en scène ne m’a pas dérangé. En bref, j’ai passé un très bon moment et si j’ai le temps, je le reverrais peut-être dans un mois lorsqu’il sortira en salles… avant de le revoir très certainement par la suite lors d’un passage à la télévision ou pourquoi pas en Blu-ray ou dvd.

3.5/5 (Très bien)

Publicités

2 réflexions sur “Joséphine s’arrondit

    1. Oh je pense qu’il se découvre très bien à la télévision aussi mais en salles, c’était quand même bien plaisant puis les rires dans la salle sont assez communicatif même si après, le film bénéficie aussi de l’aura de l’avant première à laquelle j’ai assisté 😉

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s