Les saisons

Les saisonsLes saisons. 1 heure 37. France – Allemagne. Documentaire animalier. Sortie en France le 27 janvier 2016. Réalisé par Jacques Perrin et Jacques Cluzaud.

Après avoir parcouru le globe à tire d’ailes avec les oiseaux migrateurs et surfé dans tous les océans en compagnie des baleines et des raies mantas, Jacques Perrin et Jacques Cluzaud reviennent pour ce nouvel opus sur des terres plus familières. Ils nous convient à un formidable voyage à travers le temps pour redécouvrir ces territoires européens que nous partageons avec les animaux sauvages depuis la dernière ère glaciaire jusqu’à nos jours.
L’hiver durait depuis 80 000 ans lorsque, en un temps très bref, une forêt immense recouvre tout le continent. Une nouvelle configuration planétaire et tout est bouleversé. Le cycle des saisons se met en place, le paysage se métamorphose, la faune et la flore évoluent. L’histoire commence… À un interminable âge de glace succède une forêt profonde et riche puis, sous l’impulsion d’hommes nouveaux, une campagne riante.
« Les Saisons » est une épopée sensible et inédite qui relate la longue et tumultueuse histoire commune qui lie l’homme aux animaux.

Je ne suis pas spécialement un expert en documentaire animalier mais c’est vrai que de temps en temps, j’aime bien en voir quelques-uns surtout au cinéma où je me dis que le grand écran peut amplifier par moment la beauté de la nature. Du coup, c’est assez confiant, surtout en ayant trouvé les affiches très belles, que je me suis dirigé vers ma salle obscure pour découvrir « Les saisons ».

Et là, ce fut le choc… Mais malheureusement pour moi, pas dans le bon sens du terme. Je n’avais pas spécialement de grandes attentes mais j’ai lu tellement de papiers élogieux au sujet de ce documentaire que je pensais vraiment que j’allais passer un excellent moment. Seulement voilà, je me suis passablement ennuyé devant ce film…

Je comprends le message qu’il veut faire passer, je trouve même ça pas mal de ne pas faire trop dans le ton moralisateur (sauf peut-être à la fin) mais là, j’ai quand même trouvé que ce documentaire était assez vide. J’ai eu la sensation d’assister à un fourre-tout très classique sans queue ni tête qui n’a jamais su me passionner.

Avec ce genre de films, le minimum que j’attends, c’est d’apprendre des choses ou du moins d’être interpellé. J’attends qu’on réveille ma conscience sur le monde qui m’entoure mais là, je n’ai rien eu de tout ça. J’ai trouvé que l’ensemble était d’une très grande platitude au point que j’admets avoir pointé du nez lors de quelques passages.

Je n’ai rien appris avec ce film. D’ailleurs, il ne semble même pas avoir grand-chose à nous dire. Même le narrateur semble s’endormir et nous raconte peu de choses. On nous pose de belles images et puis voilà. La Terre se réchauffe, l’Homme est un prédateur pour l’animal, l’animal cherche à se nourrir, il s’adapte aux conditions climatique, la nature est belle, il faut la préserver… Pas besoin de narration pour nous dire ça et le film semble le savoir puisqu’il se contente quasiment que de nous balancer ses images à la figure sans jamais aller plus loin.

Du coup, j’ai trouvé le temps très long. J’ai essayé après la projection de chercher en moi ce que ce long métrage aurait bien pu m’apporter. Qu’est-ce qu’il aurait pu réveiller en moi ? Est-ce qu’il me pousse à changer mon comportement, ma vision ?… Je cherche encore. Ça m’ennuie vraiment de dire ça, mais j’ai juste eu l’impression de voir « Le grand zap » (l’émission de D8… Mais oui, on a tous commater déjà devant 😉 ) Version nature et découverte. C’est mignon mais ça s’arrête là pour moi…

Après, la mise en scène est soignée je ne dis pas le contraire. On a le droit à de très belles images et même si la photographie et la lumière n’est pas la plus belle qui m’ait été donné de voir dans un documentaire animalier, c’est très agréable à suivre. La nature se suffit à elle-même et sans gros effets, je suis facilement ébahi devant elle du coup la réalisation n’a pas grand-chose à rajouter pour moi.

Reste que c’est quand même très propre avec de beaux effets visuels et un quota de ralentis pour que le spectateur ait bien le temps de se rendre compte de la beauté de la nature. Classique mais toujours efficace. Non vraiment, la réalisation est belle par contre, comme si ça ne suffisait pas que je trouve le fond assez ennuyeux, la bande originale de Bruno Coulais a fini par m’assommer. Déjà que le film ne dit quasiment rien et se contente juste des sons de la nature, alors que la musique me joue une berceuse, ça ne m’a vraiment pas aidé à trouver cela dynamique…

Pour résumer, si je prends su plaisir à voir de temps en temps quelques documentaires animaliers, je ne suis vraiment pas sûr de vouloir revoir un jour « Les saisons » bien que ce dernier se laisse regarder malgré tout. Si la forme est très belle et maitrisé malgré une musique plombante, le fond quant à lui m’a paru assez vide. Je n’ai rien eu de vraiment nouveau à l’horizon et il n’y a rien dans ce film qui me permet de le démarquer un peu des autres productions que j’ai pu voir. En voulant trop en montrer, le long métrage m’a très vite perdu en route et je commence même déjà à l’oublier tant son message me semble assez banale et classique au final…

2/5 (Regardable)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s