Sin City

Sin CitySin City. 2 heures 03. États-Unis. Action. Sortie en France le 1er juin 2005. Réalisé par Robert Rodriguez, Frank Miller et Quentin Tarantino avec Bruce Willis, Jessica Alba, Mickey Rourke, Clive Owen, Benicio Del Toro, Rosario Dawson, Josh Hartnett, Jaime King, Brittany Murphy, Carla Gugino, Elijah Wood, Nick Stahl, Michael Clarke Duncan, Michael Madsen, Rutger Hauer, Alexis Bledel, Devon Aoki, Powers Boothe, Jude Ciccolella…

Sin City est une ville infestée de criminels, de flics ripoux et de femmes fatales. Hartigan s’est juré de protéger Nancy, une strip-teaseuse qui l’a fait craquer. Marv, un marginal brutal mais philosophe, part en mission pour venger la mort de son unique véritable amour, Goldie. Dwight est l’amant secret de Shellie. Il passe ses nuits à protéger Gail et les filles des bas quartiers de Jackie Boy, un flic pourri, violent et incontrôlable. Certains ont soif de vengeance, d’autres recherchent leur salut. Bienvenue à Sin City, la ville du vice et du péché.

Bien que j’en gardais un très bon souvenir, ça faisais un moment maintenant que je n’avais pas revu « Sin City ». J’ai donc profité de la sortie très prochaine de sa suite pour me faire une petite piqûre de rappel et voir si j’apprécie toujours autant cet univers. C’est donc avec un certain plaisir et confortablement installé que je me suis mis à mettre le Blu-ray de ce film dans mon lecteur.

Résultat ? C’est assez fidèle à mes souvenirs. J’aime toujours autant ce film que je trouve très efficace. Le scénario écrit par Robert Rodriguez et Frank Miller d’après l’œuvre de ce dernier est très bon. Je n’ai pas lu le comics d’origine, je ne pourrais donc pas faire de comparaison mais de ce que j’ai pu entrapercevoir, les deux œuvres semblent malgré tout assez proches et complémentaires même si il semblerait que l’ordre des différents tomes de la bande dessinée ne soit pas forcément respecté.

Quoiqu’il en soit, ça marche. Les différentes petites histoires sont amusantes et même si l’on tombe vite dans l’excès de sexe et de violence, cela colle parfaitement au film. Sur ce point-là, le long métrage va jusqu’au bout et s’interdit quasiment peu de choses même si je pense qu’on aurait pu aller encore plus loin. Les dialogues sont bien ciselés, on se sent dans le film noir avec une très bonne ambiance c’est juste dommage qu’il y ait quelques lourdeurs scénaristiques avec des voix off qui donne du style au début mais qui plombent vite leurs effets par la suite en nous racontant ce que l’on voit de toute façon à l’écran.

Le film a su me convaincre aussi grâce à sa distribution de grande classe. Charismatique, ce casting à une belle gueule et il n’en fallait pas moins pour rentrer dans cette ville du pêché. Un casting quatre étoiles qui fait son job. On n’a pas une interprétation à Oscars mais les différents comédiens semblent s’amuser dans ce trip et font preuve de très bonne volonté. Ceux qui sortent du lot et qui sont le plus en avant restent Mickey Rourke qui fait un excellent Marv, Bruce Willis toujours classique mais bon en Hartigan ainsi que Nick Stahl en Roark Junior. J’ai bien aimé Clive Owen aussi en Dwight mais je ne le trouve pas toujours convaincant dans ce registre.

Ils sont de toute façon tous très bon. Après le problème de ses castings trop fournis c’est qu’il y en a qui se retrouvent à l’écart. Je regrette ainsi qu’on ne développe pas plus le personnage de l’homme très bien incarné par Josh Hartnett. Elijah Wood en Kevin est lui aussi très surprenant dans ce registre tout comme Michael Clarke Duncan en Manute. Benicio Del Toro est très bon également en sociopathe. Je pense même qu’on aurait pu faire quelque chose d’encore plus dur avec son personnage de Jackie Boy même si ses face à face avec Clive Owen sont très amusants.

Côté casting féminin, on a du très lourd aussi avec une Rosario Dawson déchaîné en Gail, une très bonne Jessica Alba en Nancy qui fait plaisir à voir où encore Alexis Bledel en Becky. Comme pour leurs homologues masculins, elles souffrent principalement du casting trop chargé qui fait qu’on n’a pas vraiment le temps d’exploiter leurs personnages ni même d’être pris dans leurs jeux. Après, j’ai quand même moins accroché à Jaime King en Goldie, Carla Gugino en Lucile ou encore à Britanny Murphy en Shellie.

Le reste du casting est du même acabit, chacun faisant sa part de boulot avec de bons noms que je trouve toujours très agréable à voir à l’écran comme Michael Madsen en Bob, Rutger Hauer en Cardinal Roark, Jude Ciccolella en Commissaire Liebovitz ou Devon Aoki en Miho. Powers Boothe en Sénateur Roark est totalement sous exploité mais de ce que la bande annonce de la suite révèle, il semblerait qu’il soit plus mis en avant dans le prochain volet.

Premier film que je voyais dans ce genre, j’ai adoré le concept et la réalisation de Robert Rodriguez et Frank Miller (la petite partie réalisé par Quentin Tarantino est pas mal aussi). La mise en scène est vraiment sublime avec de très bons plans. J’ai beaucoup apprécié le fait d’avoir coupés cette histoire en plusieurs segments plus ou moins long. Ça rend la chose plus plaisante et plus complémentaire avec quelques petits liens entre eux que j’ai appréciés.

Ce mélange de noir et blanc quasiment dessiné et de couleurs est génial. On se sent encore plus proche de l’ambiance bande dessinée ce qui me laisse pensé que ce long métrage est fidèle à son support. Peu de temps après, j’avais pu voir en salles « The Spirit » qui est clairement pas du même niveau mais qui reste pas mal quand même en terme de comparaison pour voir que dans « Sin City », c’est vraiment excellent la façon dont cela a été filmé et mis en scène.

La photographie est géniale tout comme les différents décors ainsi que les costumes dans cette ambiance très sombre. On est plongé en plein cœur de cette ville où tous les coups bas sont permis. Tant pis si cela paraît trop gros, ça rentre bien avec le côté irréaliste d’une bande dessinée et du coup je me suis laissé prendre au jeu. La bande originale composée par Robert Rodriguez, John Debney et Graeme Revell est en bonne adéquation également avec le récit. J’ai un petit faible d’ailleurs pour son thème phare que j’écoutais assez souvent lors de sa sortie en salles.

Pour résumer, ça faisais un moment que je n’avais pas revu « Sin City » et je le regrette car ça reste un film que j’affectionne beaucoup. Pas parfait, il possède de nombreuses maladresses que son concept visuel et son casting masque tant bien que mal mais je me laisse toujours autant prendre au jeu avec beaucoup de plaisir. Avoir revu ce film me donne encore plus hâte maintenant de voir sa suite en espérant qu’elle soit du même acabit tout en corrigeant ses petites imperfections qui malgré tout fait aussi un peu le charme de ce long métrage.

4/5 (Excellent)

Publicités

4 réflexions sur “Sin City

  1. Je vais encore paraître pour une chieuse mais j’ai du mal avec ce film. Je le trouve effectivement réussi esthétiquement mais je n’accroche pas à l’histoire que je trouve un peu survolée…

    J'aime

    1. Là encore, je peux comprendre, il faut aimer le concept. Pour ma part, je trouve qu’on est vraiment bien dans le comics filmé. Le résultat me convainc pas mal même si après, cela ne m’empêche pas d’avoir quelques réserves malgré tout. Dans le même genre, j’ai beaucoup plus de mal avec « The Spirit » plutôt qu’avec « Sin City » 😉

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s