La chute de Londres

La chute de LondresLa chute de Londres (London Has Fallen). 1 heure 39. États-Unis. Action. Sortie en France le 2 mars 2016. Réalisé par Babak Najafi avec Gérard Butler, Aaron Eckhart, Morgan Freeman, Alon Aboutboul, Angela Bassett, Robert Forster, Jackie Earle Haley, Melissa Leo, Radha Mitchell, Shivani Ghai…

Les plus grands leaders du monde occidental sont attendus à Londres aux funérailles du Premier ministre britannique, mort dans des circonstances plus que douteuses. Mais ce qui avait commencé comme l’évènement le plus sécurisé de la planète tourne rapidement au désastre. Cible d’un complot terroriste, la capitale anglaise est mise à feu et à sang et la plupart des chefs d’état faits prisonniers. Seuls ont pu s’échapper le président américain et l’agent secret Mike Banning, qui vont devoir à la fois combattre pour survivre et mettre fin aux agissements des terroristes.

Je me souviens qu’à l’époque de la sortie en salles de « La chute de la Maison Blanche », j’avais bien pris mon pied. C’était typiquement le genre de films d’action sans prise de tête et très efficace que j’avais envie de voir. Du coup, c’est très confiant que plusieurs mois plus tard, j’ai de nouveau fait le déplacement pour voir la suite à savoir « La chute de Londres ».

On va pas se mentir, il n’y a rien de bien nouveau à l’horizon. Le scénario écrit par Katrin Benedikt, Creighton Rothenberger, Chad St John et Christian Gudegast ne vole pas bien haut. Le Président de la très grande et vénérable nation des États-Unis d’Amérique est de nouveau dans un beau pétrin. Cette fois-ci, il ne joue plus à domicile, il est à l’extérieur.

Dès le début, on sait ce qu’il va se passer et comment ça va se finir. Gégé Butler va distribuer les claques et les punchlines, ça va péter de partout, les vilains pas beau terroriste vont avoir le feu aux fesses et le drapeau américain va bien flotter au dessus du monde tandis que les autres pays seront à la ramasse.

Tellement à la ramasse que Londres en prends plein la figure, tout le monde est infestés, les londoniens sont dépassés et là encore, les américains vont bien donner la leçon tandis qu’on ne pourra que acquiescer qu’ils sont quand même super balèzes. Du très classique et prévisible donc mais qui n’empêche pas au film d’être divertissant. Il nous offre ce que l’on attend de lui, on vient voir ce programme en connaissance de causes et on ne nous trompe pas sur la marchandises.

Malheureusement, cette suite n’en demeure pas moins un poil moins efficace quand même que son prédécesseur. J’ai passé un bon moment, je ne le nie pas mais c’est un peu poussif quand même au démarrage et l’ensemble apparait moins fluide. Là où le premier film nous paraissait presque « naturel » dans son traitement, ici, j’ai quand même eu souvent l’impression qu’on recherchait un peu trop l’effet et que c’était amené à l’écran parce qu’il ne pouvait pas en être autrement (pas sûr de bien me faire comprendre pour le coup).

L’action tarde un peu à se lancer mais une fois que c’est fait, le cahier des charges est rempli. J’ai bien aimé aussi l’humour léger général de ce film même si encore une fois, comparé au premier film, j’ai trouvé que c’était quand même un poil moins fendard. En revanche, niveau belle morale et valeur humaine à défendre, la franchise reste constante et on est toujours sur la même base assez classique dans ce genre de production.

Devant la caméra, c’est le pied de retrouver Gérard Butler (Mike Banning). Il va pouvoir dézinguer du méchant avec panache et très charismatique, il incarne une nouvelle fois ce héros américain par excellence avec beaucoup de réussite. Je l’ai trouvé plus à l’aise et convaincant par le passé mais je ne boude pas mon plaisir. Il porte une bonne partie du film sur ses épaules et s’en sort relativement bien.

A ses côtés, j’ai bien aimé aussi retrouvé Aaron Eckhart (Le Président Benjamin Asher). Le traitement de son personnage est très lisse et académique également, c’est le bon Président que toute les nations envient mais le comédien nous le rend quand même très sympathique. Je ne boude jamais mon plaisir non plus de le revoir à l’écran de toute façon.

Il en va de même pour Morgan Freeman (Le Président de la chambre des représentants Trumbull) qui reprend bien son rôle. Son personnage est sans doute un peu moins sur le devant de la scène, j’ai trouvé qu’il n’était pas beaucoup exploité mais l’acteur fait le job. Il est en tout cas beaucoup plus présent et beaucoup plus utiles que Robert Forster (Le Général Edward Clegg), Jackie Earle Haley (Le Chef adjoint Mason), Melissa Leo (La Secrétaire à la Défense Ruth McMillan) ou encore Radha Mitchell (Leah Banning) qui sont totalement sous exploité voir quasiment transparent…

Dans les autres seconds rôles, j’ai aussi quelques petits regrets concernant Alon Aboutboul (Aamir Barkawi) ou encore Angela Bassett (Lynn Jacobs). Les acteurs me plaisent bien, je pense que leurs rôles auraient pu avoir davantage d’importance dans ce scénario voilà tout. On a même un méchant qui fait presque un simple caméo plutôt que de créer une réelle terreur. Le personnel londonien aussi semble avoir été mis là presque pour faire joli…

La réalisation de Babak Najafi n’est pas mauvaise sinon mais j’avoue que je n’en suis pas pleinement satisfait pour autant. En terme de divertissement, j’ai pas de surprises. Ça ne me dérange pas, je m’attendais à ce genre de spectacle pyrotechnique. Je trouve juste qu’on reste quand même sur notre faim avec des scènes qui sont brillamment exécuté d’un côté et d’autres qui sont un peu plus brouillonnes.

Au-delà de la simple ouverture que j’ai trouvé poussif (pas besoin de faire traîner en longueur quand on sais ce qui va arriver à l’avance), il y a des plans où le cinéaste semblait avoir un peu trop la tremblotte à mon goût. Certains plans séquences restent agréable à suivre, pour d’autres, il faut quand même s’accrocher. On n’est pas malade mais à l’écran, ça manque de fluidité. Pour un tel scénario, le réalisateur aurait sans doute mieux fait de faire plus simple et d’aller à l’essentiel parfois.

De même, je n’avais pas eu cette impression lors du premier film mais dans cette suite, j’ai trouvé que certains effets visuels étaient quand même un peu laid. Ça ne m’a pas fait sortir du divertissement mais ça décrédibiliser l’action à mes yeux. Le résultat n’est vraiment pas toujours à la hauteur et c’est dommage car c’est sans doute à cause de ça aussi je pense que l’ensemble n’est pas totalement jouissif à mes yeux.

Niveau décors, je trouve que c’est une bonne idée d’avoir délocalisé à Londres. La ville n’est pas forcément exploité à tout son potentiel mais on a certaines évidences dans les décors qui font plaisir à voir. Dommage que la photographie et la lumière fassent parfois synthétique comme pour les effets visuels car sinon, plonger le patriotisme américain en Europe ça fonctionne bien pour ce genre de production.

Le montage est bien ficelé également surtout une fois que l’attaque est lancée et qu’on a enfin de l’action à se mettre sous la dent. L’intrigue, aussi légère soit elle, se suit bien et si on se laisse prendre au jeu, on ne voit pas le temps passé. La bande originale composée par Trevor Morris fait le boulot aussi même si musicalement, il n’y a rien de bien transcendant. J’aurais d’ailleurs bien aimé que l’on mette un peu de tonalités anglaises dans cette musique, cela aurait pu donner une ambiance intéressante je pense à ce projet.

Pour résumer, « La chute de Londres » s’avère être un film sans surprises. Ça ne me dérange pas plus que ça puisque je voulais voir un film d’action sans me prendre la tête mais devant l’efficacité de son prédécesseur, c’est vrai que je reste quand même un peu sur ma faim. La réalisation un peu chaotique avec des effets visuels pas à la hauteur y est sans doute pour beaucoup car à côté de ça, la simplicité du scénario n’est pas vraiment une nouvelle en soit (malgré un début un peu long) et les acteurs semblent s’amuser à se retrouver une nouvelle fois dans une situation compliqué. Le cahier des charges est respecté mais sans innover dans le concept, je pense quand même que l’on aurait pu faire mieux plutôt que de se contenter du minimum syndical. Reste que c’est quand même un divertissement plaisant que je reverrais avec plaisir.

3.5/5 (Très bien)

Publicités

2 réflexions sur “La chute de Londres

    1. Bourrin et décérébré, c’est tout à fait ça et c’est ce que je cherchais d’ailleurs. Globalement, j’ai eu le spectacle que je m’attendais à avoir donc aucune déception. Mon seul regret, c’est le manque d’efficacité du film après « La chute de la Maison Blanche » que je trouve nettement plus jouissif. De plus, certains effets visuels m’ont un peu laissé sur ma faim mais en l’état, j’ai quand même passé un bon moment de cinéma 🙂

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s