Le massacre de Fort-Apache

Le massacre de Fort-ApacheLe massacre de Fort-Apache (Fort-Apache). 2 heures 02. États-Unis. Western. Sortie en France le 4 août 1948. Réalisé par John Ford avec Henry Fonda, John Wayne, Shirley Temple, Ward Bond, John Agar, Pedro Armendariz, Victor McLaglen, Miguel Inclan, George O’Brien, Anna Lee, Mae Marsh, Movita Castenada…

Envoyé dans le désert de l’Arizona pour prendre le commandement de Fort Apache, le lieutenant-colonel Owen Thursday espère retrouver son grade de général. Mais au Fort il est méprisé pour son ignorance des tactiques indiennes et ses hommes n’apprécient pas sa discipline stricte.
Mais lorsqu’il apprend que Cochise, le chef des Apaches a quitté sa réserve et conduit sa tribu vers le territoire mexicain, il espère le capturer et rétablir ainsi sa renommée.

« – Comment il s’en sort ?
– Bien mais c’est un officier et un gentleman. C’est pas un boulot pour un gentleman. »

De base, ce long métrage fait partie de ses westerns que j’ai rajoutés à ma liste au cours de mon cycle. En effet, j’en n’avais pas spécialement entendu parler mais c’est après avoir vu « La charge héroïque » (le second volet de la trilogie de John Ford consacré à la cavalerie) que je me suis décidé à intégrer « Le massacre de Fort-Apache » dans mon programme.

La première chose que je puisse dire, c’est que j’ai quand même une préférence pour le second volet de la trilogie comparé à ce premier épisode. Ce n’est pas mauvais, j’ai passé un bon moment mais là encore, je m’attendais à quelque chose de beaucoup plus fort de de plus prenant. Le scénario écrit par Frank S. Nugent d’après l’œuvre de James Warner Bellah est pas mal en ce qui concerne le rapport humain dans ce registre cinématographique mais pour le reste, ce n’est pas très palpitant.

La cavalerie ne doit pas être un sujet qui me botte dans le western (l’avenir me le dira). Quoiqu’il en soit, malgré une bonne ambiance assez tendre qui est créé, j’ai trouvé que le film manquait un peu d’action. Il ne se passe pas grand-chose, c’est juste sympathique avec quelques moments assez agréable ainsi qu’un humour léger, et il faut attendre la dernière demi-heure pour que ça se réveille un peu.

En cela, le titre français est un peu mensonger. Il faut mieux retenir le titre original (« Fort-Apache ») puisque c’est bien de cela qu’il est question à savoir la vie dans ce fort. On y découvrira alors les tensions qui peuvent se créée, le rapport à la hiérarchie, la vanité et l’orgueil qui peut prendre le dessus ainsi qu’une dénonciation très légère sur le racisme fait à l’époque vis à vis des indiens bien que ce récit soit principalement fictif tout en s’inspirant de la bataille de Little Big Horn.

Fort heureusement, si le scénario m’a tout juste divertit, la distribution arrondi bien les angles. J’ai notamment bien aimé Henry Fonda (Le Lieutenant-colonel Owen Thursday) qui joue à fond son personnage froid et ambitieux. On ne sympathise pas avec son rôle et en même temps, l’acteur réussit à dégager quelque chose qui peut nous fasciner. C’est aussi en cela que l’on peut comprendre aisément comment il a su entrer dans la légende malgré tous ses défauts.

Mis en avant sur l’affiche, John Wayne (Le Capitaine Kirby York) est un peu plus en retrait mais ce n’est pas plus mal, son personnage sachant rester à sa place tout en servant de bon équilibre entre Thursday et le reste de la troupe. Si j’ai aimé l’ensemble de cette dernière (on a envie de faire partie de leur communauté), j’ai quand même une petite préférence pour Ward Bond (Le Sergent-major O’Rourke) que je trouve excellent et qui m’a beaucoup plu.

Encore un peu plus en retrait bien qu’étant un élément central de cette intrigue, j’ai bien aimé aussi le duo John Agar (Le Lieutenant Michael O’Rourke) – Shirley Temple (Philadelphia Thursday). Il y a de la douceur chez ses personnages que j’ai appréciés. Ils sont tout de suite très sympathiques à l’écran et on a envie de les protéger. De plus, je suis vraiment satisfait de voir qu’ici leur romance n’est pas trop lourde, qu’elle apporte un véritable plus au film et que le personnage féminin ne soit pas agaçant.

John Ford réalise sinon une nouvelle fois un bon travail. Je n’ai pas été spécialement emballé plus que ça mais je dois reconnaitre que c’est propre avec de bonnes prises de vues et une mise en scène aéré qui fait que l’on sent bien les magnifiques décors qui nous entoure. Quand la cavalerie fonce et que face à elle, les indiens en font tout autant, ça fait toujours son petit effet.

Le montage est lui aussi pas mal. J’en veux pour preuves que malgré mes réserves, on ne peut pas dire que je me sois ennuyé bien au contraire. Je trouve qu’il ne se passe pas grand-chose de palpitant mais ça reste dynamique (finalement, je me suis peut-être attaché plus que ce que je pensais à cette troupe). La bande originale signée Richard Hageman fait aussi ce que l’on attend d’elle avec une musicalité devenu classique avec le temps dans ce genre de film mais qui me plait bien.

Pour résumer, « Le massacre de Fort-Apache » ne m’a pas spécialement transcendé. Le film n’est pas mauvais, c’est même intéressant comme prise de position que de s’intéresser aux relations humaines (une constante dans le cinéma de John Ford) mais j’en attends quand même un peu plus d’un western. L’avenir me le dira mais je pense sincèrement que c’est surtout parce que j’ai un peu de mal avec le thème de la cavalerie. Quoiqu’il en soit, je ne me suis pas ennuyé et je ne regrette pas mon visionnage, ce qui me suffit à faire mon bonheur.

3/5 (Bien)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s