Ninja Turtles 2

Ninja Turtles 2Ninja Turtles 2 (Teenage Mutant Ninja Turtles: Out of the Shadows). 1 heure 52. États-Unis. Comédie – Fantastique – Action. Sortie en France le 29 juin 2016. Réalisé par Dave Green avec Noel Fisher, Alan Ritchson, Pete Ploszek, Jeremy Howard, Megan Fox, Will Arnett, Stephen Amell, Brian Tee, Stephen Farrelly, Gary Anthony Williams, Tyler Perry, Laura Linney, Tony Shalhoub, Brad Garrett…

Michelangelo, Donatello, Leonardo et Raphael sont de retour pour affronter des méchants toujours plus forts et impressionnants, aux côtés d’April O’Neil, Vern Fenwick et d’un nouveau venu, le justicier masqué hockeyeur Casey Jones. Après son évasion de prison, Shredder associe ses forces à celles d’un savant fou Baxter Stockman et de deux hommes de main aussi bêtes que costauds, Bebop et Rocksteady. Leur objectif : lancer un plan diabolique pour régner sur le monde entier ! Alors que les tortues ninja s’apprêtent à défier Shredder et son nouveau gang, ils doivent rapidement faire face à une menace tout aussi grande : le célèbre Krang !

« Si tu veux te donner à fond, avec eux, ça va faire mal ! »

Bien qu’à l’époque de sa sortie en salles, la nouvelle version des Tortues Ninja n’avait pas eu bonne presse, je dois bien reconnaître que de mon côté, j’avais passé un très bon moment. Je suis un public assez facile, retomber dans mon enfance me plaisait et c’est donc tout naturellement que j’ai voulu voir sa suite et que j’ai fait le déplacement pour « Ninja Turtles 2 ».

Très rapidement, je suis rentré de nouveau dans cet univers et une nouvelle fois, je me suis senti comme un gamin dans mon siège. Maintenant, j’ai peut-être mis trop d’attentes dans cette suite (à moins que le premier épisode ait été à mes yeux une vraie bonne surprise) mais je suis quand même ressorti de ma séance un peu déçu par ce scénario écrit par Josh Appelbaum et Andrew Nemec d’après l’œuvre de Peter Laid et Kevin Eastman.

Point positif, de nombreux élément m’ont fait repenser au dessin animé des années 90 que j’adore maintenant voilà, j’ai trouvé que le résultat été quand même moins fun et efficace. C’est divertissant, je me suis amusé mais l’histoire m’a moins captivé. De plus, si on en a pour notre argent en termes d’action, j’ai trouvé l’humour de ce volet un peu trop léger. Ça ne vole pas très haut dans le précédent opus, je ne m’attendais pas à quelque chose de mémorable ici mais les différents gags sonnent plus faux je trouve, encore plus enfantin et du coup, je ne suis pas toujours rentré dans le trip.

Toujours bourrés d’incohérences et de facilités scénaristiques, je trouve aussi que ses dernières sautent un peu plus aux yeux. Encore une fois, le premier film n’était pas très fin non plus sur ce point-là mais comme je suis rentré dans le trip, j’ai réussi à passer outre. Là, l’ensemble m’a paru plus brouillon et j’ai parfois eu l’impression qu’on n’avait pas spécialement envie de se prendre la tête avec une quelconque cohérence. Cela m’a du moins un peu plus frappé.

Côté distribution, pas de grandes surprises. On retrouve nos principaux protagonistes qui restent dans la même lignée que ce que l’on avait déjà pu voir auparavant. On vient voir les tortues et elles répondent présent au rendez-vous. Maintenant, c’est quand même dommage que d’autres sont un peu plus effacé. Ainsi, Brian Tee (Shredder) devient presque aussi anecdotique que son issue finale. Megan Fox (April O’Neil) m’a elle aussi moins convaincu et je ne parle même pas du personnage de Splinter qu’on évince quasiment…

L’avantage, c’est que Noel Fisher, Alan Ritchson, Jeremy Howard et Pete Ploszek (Michaelangelo, Raphael, Donatello et Leonardo) sont un peu plus mis en avant mais là encore, je trouve que le récit ne profite pas de cet avantage et joue assez maladroitement la carte de la famille. Leurs divergences d’opinion manquent d’ampleur tout comme la force qui les unit.

Parmi les petits nouveaux, Stephen Amell (Casey Jones) s’en sort bien mais il ne me fait aucunement oublier Elias Koteas qui interprétait son personnage dans les années 90. Le plaisir de voir ce personnage est là mais ça manque là encore de consistance. Quant à Brad Garrett (Krang), il prête bien sa voix mais je ne suis pas fan non plus du rendu à l’écran. C’est jouissif de le voir mais je préfère l’image plus « douce » du dessin animé.

Belle surprise en revanche concernant Stephen Farrelly (Rocksteady) et Gary Anthony Williams (Bebop). Le duo fonctionne très bien et pour le coup, la légèreté que l’on trouve chez eux colle à merveille avec ce que j’attendais d’eux. J’avais quelques craintes sur une version live de leurs rôles et au final, aussi débile soit-il, c’est sans doute les deux qui m’ont fait le plus marrer même si ils accentuent justement ce côté humour trop enfantin.

Autre détail qui fait que le précédent volet se démarque selon moi de cette suite, la réalisation. Dave Green ne m’as pas spécialement emballé. Ça se laisse regarder, pour le coup il y a une cohérence avec son prédécesseur dans la photographie et le visuel seulement voilà, j’ai trouvé que c’était souvent assez brouillon. Ce qui est drôle, c’est que c’est un reproche que j’ai souvent lu concernant le premier film que je trouvais pourtant très clair. Là, j’étais parfois un peu perdu dans l’action, ce n’était pas toujours très fluide.

Même visuellement, je n’ai pas accroché à tous les effets spéciaux. Même les quatre tortues m’ont paru moins réussi mais c’est peut-être à cause de la mise en scène que j’ai eu cette impression car je ne sais pas si il y a eu ou non de grand changements dans leurs looks. Je le répète, Krang ne m’a pas emballé non plus et parfois, certaines explosions et effets de fumée étaient assez laid je trouve. Pas parfait, seul Rocksteady et Bebop m’ont amusé.

Maintenant, c’est un avis donc c’est vrai que je pointe peut-être que les éléments qui m’ont déçus plus qu’autre chose car après, ce n’est pas catastrophique. Je me suis divertit sans me prendre la tête et c’est bien là le point le plus important mais même la bande originale composée par Steve Jablonsky est à mes oreilles moins inspiré malgré le pied de pouvoir entendre dans une salle de cinéma le thème du générique du dessin animé.

Pour résumer, avec cette franchise il faut croire que je suis un peu à contre-courant sans le vouloir. Cette suite semble avoir (du moins de ce que j’ai pu lire) de meilleurs échos que son prédécesseur. Pourtant de mon côté, « Ninja Turtles 2 » est un cran en dessous. Moins fun, moins efficace que ce soit dans son humour, son action, son interprétation, sa mise en scène et même sa musique, le long métrage n’en reste pas moins divertissant mais j’en attendais quand même quelque chose de plus plaisant. Tout n’est pas à jeter, je reverrais d’ailleurs ce film qui m’amuse mais à la sortie de ma séance, je reste quand même un peu sur ma faim…

3/5 (Bien)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s