Tarzan (2016)

Tarzan 2016Tarzan (The Legend of Tarzan). 1 heure 50. États-Unis. Aventures. Sortie en France le 6 juillet 2016. Réalisé par David Yates avec Alexander Skarsgård, Margot Robbie, Christoph Waltz, Samuel L. Jackson, Djimon Hounsou, Jim Broadbent, Casper Crump, Ella Purnell, Rory J. Saper…

Après avoir grandi dans la jungle africaine, Tarzan a renoué avec ses origines aristocratiques, répondant désormais au nom de John Clayton, Lord Greystoke. Il mène une vie paisible auprès de son épouse Jane jusqu’au jour où il est convié au Congo en tant qu’émissaire du Commerce. Mais il est loin de se douter du piège qui l’attend. Car le redoutable belge Leon Rom est bien décidé à l’utiliser pour assouvir sa soif de vengeance et sa cupidité…

« Un homme ordinaire est capable de l’impossible pour sauver la femme qu’il aime. Mon époux n’est pas un homme ordinaire. »

Bien que le mythe de « Tarzan » ne m’est jamais emballé plus que cela, je dois bien avouer que j’étais quand même curieux de découvrir cette énième relecture de la légende qui s’annonçait un peu plus sombre que ce que j’avais déjà pu voir, qui possédais un casting intéressant et qui je l’espérais, serait exploiter les nouvelles technologies pour nous livrer quelque chose d’efficace.

Malheureusement, j’ai vite déchanté. Le scénario écrit par Stuart Beattie, Craig Brewer, John Collee, Adam Cozad, d’après l’œuvre d’Edgar Rice Burroughs n’a jamais su me passionner. Il ne se passe pas grand-chose, j’ai trouvé ça assez fade et au final, on a surtout le droit à une énième romance avec une jeune demoiselle en détresse que notre héros va devoir sauver parce que c’est la femme de sa vie, que les vilains sont des méchants et que les animaux même sauvage au final sont les amis de Tarzan… J’exagère mais ça représente quand même bien l’ennui que j’ai pu ressentir.

Après, il y a quand même des choses divertissantes. Certains passages m’ont fait un peu sourire je dois bien l’avouer mais d’une manière générale, j’ai quand même trouvé le temps terriblement long pour un film qui ne propose au final pas de nouveautés ni de surprises. Même l’aspect le plus sombre de ce récit n’a pas su me captiver.

Comme si cela ne suffisait pas, j’ai eu du mal à adhérer au casting. C’est dommage car ce sont des acteurs que j’apprécie mais personne ne m’a convaincu. Alexander Skarsgård (Tarzan) est certes le beau gosse que l’on attend tout en muscles mais à côté de ça, il est transparent et ne montre pas d’émotions dans son jeu. Il se ferait presque voler la vedette par des rôles secondaires.

En même temps face à lui, Margot Robbie (Jane) livre la même prestation. C’est la jolie demoiselle en détresse qui fait bien plaisir à l’œil mais l’interprétation de la comédienne m’a peu inspiré. Elle a déjà montré nettement mieux dans le passé que ce genre de performance assez vide où même le côté « femme de caractère » ne semble jamais exploité à sa juste valeur.

Derrière, Christoph Waltz (Le Capitaine Rom) nous fait toujours le même type de méchants que l’on s’apprête à retrouver chez lui mais le scénario faiblard ne permet pas à l’acteur d’être un tantinet crédible tout comme le personnage de Djimon Hounsou (Le chef Mbonga) qui est bien trop caricatural. Quant à Samuel L. Jackson (George Washington Williams), il ne rehausse pas le niveau mais c’est quand même celui qui m’a le plus amusé et dont la présence a sauvé un peu mon visionnage.

La réalisation de David Yates m’a elle aussi terriblement déçu. Visuellement, j’ai trouvé le film très laid. Dans le peu d’action qu’il y a, c’est illisible, la caméra tourne parfois en rond pour rien, la photographie est hideuse et les effets visuels sont souvent atroces à l’image de ses singes peu crédibles ou de ses nombreuses incrustations qui m’ont piqué les yeux.

Les décors sauvent un peu les meubles. Ils ne sont pas toujours bien exploités, j’aurais aimé me sentir en immersion dans cet univers gâché par ce visuel très laid mais dans certains décors et certains paysages, il y a quelques petits trucs sympathiques. La bande originale composée par Rupert Gregson-Williams est aussi à l’image du film à mes oreilles à savoir assez fade avec des thèmes musicaux anecdotique qui manque d’héroïsme.

Pour résumer, ce « Tarzan » version 2016 est une véritable déception pour moi. Bien que j’aille moins au cinéma maintenant, il se situe quand même (pour le moment) dans mon top 3 des films qui m’ont le plus déçu cette année. Je suis même ravi d’écrire mes avis à chaud car plus j’y repense et plus le film baisse dans mon estime. Le scénario n’a aucune saveur, le casting manque clairement d’ampleur, la réalisation n’est pas très belle et le visuel est bien souvent affreux. Quelques petites choses m’ont rendu ce visionnage moins pénible mais l’ennui prédomine quand même pour ce divertissement qui passe à côté de son sujet à mes yeux…

1.5/5 (Mauvais)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s