Jackie Chan dans le Bronx

Jackie Chan dans le BronxJackie Chan dans le Bronx (Rumble in the Bronx). 1 heure 25. Hong-Kong – Canada. Action – Comédie. Sortie en France le 29 juillet 1998. Réalisé par Stanley Tong avec Jackie Chan, Anita Mui, Françoise Yip, Bill Tung, Marc Akerstream, Garvin Cross, Mark Antoniuk, Morgan Lam, Carrie Cain-Sparks, Kris Lord…

Keung débarque à New York chez son oncle. Entre les bandes rivales du quartier, les Afro-américains qui volent des diamants, les Italiens qui les rachètent, le Chinois se retrouve bien malgré lui au milieu d’une guerre des gangs à laquelle la mafia est mêlée. Heureusement, il n’est pas le genre d’homme à se laisser faire…

Ça fait un petit moment que je n’avais pas revu « Jackie Chan dans le Bronx ». Pourtant, j’en garde de bons souvenirs de quand j’étais adolescent, c’était même l’un de mes Jackie Chan préféré. Du coup, lorsque j’ai eu l’occasion de le revoir, je ne me suis pas trop fais prier pour me le refaire en dvd.

Je comprends assez aisément pourquoi j’aimais ce film plus jeune. C’est certes très léger mais on a de l’humour, de l’action et des chorégraphies de combats en plein Bronx que je trouve toujours très efficace. Avec le recul, j’aurais peut-être moins accroché à ce film si je l’avais découvert plus tard mais en l’état, je continue donc d’en garder un excellent souvenir et j’ai de nouveau passé un très bon moment. Le scénario écrit par Edward Tang et Fibe Ma ne se prend pas la tête, assume sa légèreté, ses facilités et l’ensemble en est que plus divertissant.

Devant la caméra, Jackie Chan (Keung) fait le job. Clown acrobate, c’est le vrai attrait de ce récit assez simpliste et prévisible. Sa bonne humeur et assez communicative et c’est un plaisir que de le voir évoluer à l’écran avec son art martial qui flirte plus avec la comédie qu’avec l’action brute. Le reste de la distribution est derrière un peu plus légère, voir même anecdotique en étant parfois sous exploité mais l’ensemble colle bien avec cet univers. Toutes ses caricatures continuent de m’amuser avec mon regard enfantin.

La réalisation de Stanley Tong commence à prendre un petit coup de vieux. On sent bien le milieu des années 90 mais c’est aussi ce qui donne du charme à cette œuvre qui n’en reste pas moins toujours dynamique. Je n’ai pas eu le temps de m’ennuyer, le dosage humour – action est parfait et même si l’on aurait pu donner un peu plus de consistance à la trame de fond, la mise en scène reste très bonne. Mention aussi pour les différentes cascades que j’ai beaucoup aimées ainsi que pour l’habituel bêtisier final qui n’apporte pas grand-chose mais que je trouve toujours assez plaisant.

Pour résumer, « Jackie Chan dans le Bronx » (non mais c’est quoi ce titre français alors que notre héros s’appelle Keung ?) est un excellent divertissement. Pur film de mon adolescence, je sais que l’acteur à fait de nombreux films bien plus efficace que je n’ai pas encore vu mais je ne peux m’empêcher d’avoir une certaine tendresse pour cette histoire. C’est drôle, c’est frais, c’est classique pour du Jackie Chan mais je n’en demande pas plus et si j’ai aimé revoir ce long métrage, je pourrais de nouveau le revoir avec un très grand plaisir.

3.5/5 (Très bien)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s