Lara Croft : Tomb Raider

Lara Croft - Tomb RaiderLara Croft : Tomb Raider. 1 heure 40. États-Unis – Grande Bretagne – Allemagne – Japon. Aventure – Action. Sortie en France le 27 juin 2001. Réalisé par Simon West avec Angelina Jolie, Jon Voight, Daniel Craig, Iain Glen, Noah Taylor, Chris Barrie, Julian Rhind-Tutt, Leslie Phillips…

Lara Croft a hérité de son père archéologue de nombreux trésors parmi lesquels une mystérieuse horloge magique.
Des années plus tôt, celui-ci lui dévoila l’existence d’une organisation secrète, les Illuminati, qui s’était lancée à la recherche d’une horloge dont la clé ouvrait les portes du Temps et de l’Espace. Celle-ci est un triangle sacré qui assura, 5 000 ans auparavant, la victoire des premiers Illuminati sur leurs ennemis. Si le triangle venait à être recomposé, ces lointains ancêtres reviendraient à la vie et le sort de l’Humanité en serait bouleversé à jamais.
Le puissance de ce triangle atteindra son summum lorsque les planètes s’aligneront dans le ciel en une éclipse totale qui survient une fois tous les 5 000 ans. L’aventurière ne dispose que de 48 heures pour résoudre l’énigme du triangle magique et ainsi sauver le monde.

« -Dans le ventre de la bête…
– Ça ou le cul du Diable ! »

Bien que le personnage soit assez mythique dans l’univers du jeu vidéo, Lara Croft ne m’a jamais intéressé plus que cela. J’ai dû jouer à une de ses aventures sur la première Playstation (impossible de me souvenir du titre) mais ça s’arrête là. Je n’avais pas eu l’occasion de voir le long métrage adapté du jeu également. Du coup, c’est avec un peu de retard que je me suis plongé dans « Lara Croft : Tomb Raider » afin de voir si sur grand écran, cette Indiana Jones au féminin pouvait me plaire.

Malheureusement pour moi, la magie n’a pas eu lieu. Si le résultat est loin d’être détestable, je n’ai pas accroché plus que cela à ce scénario écrit par Sara B. Cooper, Mike Werb et Michael Colleary, Simon West, Patrick Massett et John Zinman. Impossible pour moi de vous dire si l’œuvre est fidèle à son support d’origine mais en tout cas, j’ai trouvé que l’ensemble était un peu fade.

L’aventure est loin d’être captivante, tout est assez prévisible et même dans l’action, je trouve qu’on n’a pas grand-chose à se mettre sous la dent. Cela se suit d’un œil, on peut sourire devant l’humour très léger ou encore l’univers qui est assez kitsch mais ça s’arrête là pour moi. J’ai toujours eu cette impression d’être dans un jeu vidéo certes, mais un jeu vidéo mal ficelé qui se contente du minimum.

A l’écran, je ne boude pas mon plaisir de voir Angelina Jolie (Lara Croft). Le film joue énormément sur son physique avantageux et même si la comédienne bénéficie de l’aura de son personnage fictif, elle reste l’une des principales raisons qui m’ont fait tenir jusqu’au bout. C’est pas que son jeu soit transcendant mais elle fait le boulot et s’impose bien dans ce rôle-titre.

Derrière elle, on est plus dans la figuration qu’autre chose. Iain Glen (Powell) est à fond dans la caricature du grand méchant tandis que Daniel Craig (Alex Marrs) tente tant bien que mal d’exister sans que son rôle ait une réelle importance. Que dire également de Jon Voight (Lord Henshingly Croft), crédité au générique mais qui fait plus office de caméo de luxe qu’autre chose.

La mise en scène de Simon West est sinon trop légère pour vraiment convaincre. Je ne sais pas si l’on retrouve l’âme du jeu vidéo mais niveau cinématographique, c’est assez quelconque. Il n’y a rien qui le fasse sortir du lot. On a l’impression d’avoir à faire à un téléfilm de seconde partie de soirée qui s’oublie aussitôt qu’on l’as vu.

Pire, si la réalisation n’a pas de saveur, les effets visuels sont tout simplement atroces. Il n’y a pas une seule scène que j’ai trouvée sympathique. On est bien souvent dans la caricature mais dans la caricature mal faite. La durée fait que le film passe assez vite mais le montage fait que l’on est très loin d’avoir le résultat fun que l’on aurait pu espérer. Même la bande originale de Graeme Revell n’arrive pas à nous offrir quelque chose de dynamique.

Pour résumer, « Lara Croft : Tomb Raider » n’est pas bien folichon. Je ne m’attendais pas à une œuvre puissante, le jeu vidéo ne me parlant pas plus que ça à la base mais j’espérais un film d’aventures et d’action un peu fun avec un humour plaisant. J’ai juste eu le droit à quelque chose d’anecdotique, qui se regarde du coin de l’œil et qui s’oublie très rapidement. Avec un scénario peu passionnant, une interprétation caricaturale et une mise en scène chaotique, il me reste juste le plaisir de voir Angelina Jolie et ses tenues plaisantes mais c’est bien peu à mon sens pour sauver ce long métrage…

1.5/5 (Mauvais)

Publicités

2 réflexions sur “Lara Croft : Tomb Raider

    1. C’est ça et c’est dommage. D’une manière générale, même les jeux vidéos (du moins ceux que j’ai eu la chance de tester), je trouve qu’il n’exploite pas assez ce personnage. Le Indiana Jones au féminin est trop vite délaisser pour que l’on retienne juste la plastique du personnage, c’est regrettable car il y a pourtant matière à nous offrir un vrai film d’aventures 😉

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s