Comancheria

comancheriaComancheria (Hell Or High Water). 1 heure 42. États-Unis. Drame – Western – Thriller. Sortie en France le 7 septembre 2016. Réalisé par David Mackenzie avec Chris Pine, Ben Foster, Jeff Bridges, Gil Birmingham, Christopher W. Garcia, Marin Ireland, Katy Mixon, Margaret Bowman, Kevin Rankin, Dale Dickey, Melanie Papalia, Amber Midthunder…

Après la mort de leur mère, deux frères organisent une série de braquages, visant uniquement les agences d’une même banque. Ils n’ont que quelques jours pour éviter la saisie de leur propriété familiale, et comptent rembourser la banque avec son propre argent. À leurs trousses, un ranger bientôt à la retraite et son adjoint, bien décidés à les arrêter.

« – Vous êtes là depuis longtemps ?
– Assez pour voir le braquage de la banque qui me vole depuis 30 ans. »

A partir du moment où j’ai découvert sa bande annonce, « Comancheria » est un film qui me tentait bien. Son casting était alléchant, son histoire avait tout pour me plaire et les quelques images que j’avais pu découvrir à travers cette bande annonce me faisait envie. Je n’ai donc pas hésité une seule seconde pour aller le découvrir en salles.

Et je ne le regrette absolument pas. J’ai adoré ce scénario écrit par Taylor Sheridan. Pourtant, quand on y regarde de plus près, il est assez classique. Deux frères broyés par une société qui les écrase qui vont tenter d’équilibrer la balance de la justice tandis qu’à leurs trousses, on retrouvera le vieux shérif grincheux le tout sous le soleil étouffant du Texas.

Pourtant, ici la magie opère bien. Le portrait de cette société capitaliste est excellent, le combat des frères aussi attachant que leurs personnalités et l’humour efficace se combine bien avec l’action ainsi que le drame de ce récit. C’est bien simple, je n’ai pas vu le temps passé. J’ai été pris par ce road movie qui mélange habillement les codes du western, des films de braquages et de la comédie.

Jamais manichéen, peut-être un poil trop léger dans les caricatures qu’il exploite, cette aventure fonctionne en tout cas à merveille. On ressent cette pression sociale sans jamais avoir un film dramatique ennuyeux, on ne cautionne jamais l’illégalité de nos héros même si on la comprend et on suit le récit avec grand plaisir.

Devant la caméra, le duo entre Chris Pine (Toby) et Ben Foster (Tanner) est parfait. La complicité fraternelle entre les deux comédiens marche bien à l’écran. J’y aie cru et même si tous deux possèdent des caractères et des motivations bien différentes, je me suis très vite attaché à eux, eu de la tendresse à leurs égards. L’alchimie est là et c’est aussi pour cela que cette histoire marche bien.

A leur poursuite, Jeff Bridges (Marcus) est également excellent. Il n’y a pas de grandes surprises dans son interprétation mais c’est agréable je trouve d’apprécier la proie tout comme le chasseur. L’acteur appuie peut-être un peu trop les traits de son héros mais cela ne me choque pas plus que cela. Je regrette juste qu’à ses côtés, Gil Birmingham (Alberto Parker) soit un peu plus en retrait car là aussi, le duo fonctionne bien.

Ce n’est que le second film de David Mackenzie que je vois (je regrette de ne pas avoir encore vu « Des poings contre les murs » qui semble très efficace), on est bien loin du « Toy Boy » que j’avais pu découvrir. La mise en scène est vraiment magnifique, c’est très agréable à voir avec ses décors splendides naturels qui nous donneraient presque envie d’aller parcourir ses grandes étendues poussiéreuses.

Au-delà des différentes prises de vues qui sont très bonnes, j’ai été épaté par la photographie et la lumière qui embellissent de la meilleure manière qu’il soit ce film. Le montage est percutant, on ne s’ennuie pas, tout s’enchaîne très bien et visuellement, même si on ne cherche jamais à nous en mettre plein la vue, rien que pour la réalisation, ce film vaut le détour sur grand écran. Quant à la bande originale composée par Nick Cave et Warren Ellis, je l’ai adoré et je l’écoute d’ailleurs au moment où j’écris ses lignes.

Pour résumer, même si je m’attendais à passer un bon moment, j’ai été agréablement surpris par ce « Comancheria ». Par moment assez simpliste dans son fond, le scénario réussit néanmoins à être prenant avec des personnages que l’on a envie d’aimer. Le casting est parfait, la réalisation magnifique et la bande son colle idéalement à l’ensemble. Bref, je reverrais ce long métrage avec joie tant j’ai pris mon pied.

4.5/5 (Grand Film)

Publicités

2 réflexions sur “Comancheria

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s