L’exorciste

l'exorcisteL’Exorciste (The Exorcist). 2 heures 12. États-Unis. Épouvante. Sortie en France le 11 septembre 1974. Réalisé par William Friedkin avec Linda Blair, Ellen Burstyn, Max Von Sydow, Jason Miller, Lee J. Cobb, Kitty Winn, Jack MacGowran, William O’Malley, Mercedes McCambridge…

En Irak, le Père Merrin est profondément troublé par la découverte d’une figurine du démon Pazuzu et les visions macabres qui s’ensuivent.
Parallèlement, à Washington, la maison de l’actrice Chris MacNeil est troublée par des phénomènes étranges : celle-ci est réveillée par des grattements mystérieux provenant du grenier, tandis que sa fille Regan se plaint que son lit bouge.
Quelques jours plus tard, une réception organisée par Chris est troublée par l’arrivée de Regan, qui profère des menaces de mort à l’encontre du réalisateur Burke Dennings. Les crises se font de plus en plus fréquentes. En proie à des spasmes violents, l’adolescente devient méconnaissable.
Chris fait appel à un exorciste. L’Église autorise le Père Damien Karras à officier en compagnie du Père Merrin. Une dramatique épreuve de force s’engage alors pour libérer Regan.

« Pour moi le paradis, c’est un night-club peint tout en blanc avec moi en vedette. »

Qui n’a jamais entendu parler du film « L’Exorciste » ? Même sans l’avoir jamais vu, tout le monde depuis 1973 connait l’histoire de ce film d’horreur qui reste avec les années l’un des plus grands classiques du cinéma horrifique. Je me souviens que la première fois que je l’avais découvert, je m’étais endormi. J’avais 11-12 ans et je m’attendais a quelque chose de vraiment gore (surtout avec la réputation qu’on m’en faisait) mais lorsque je l’ai vu une seconde fois, plus âgé et sans m’endormir, je dois dire que j’ai tout de suite adoré cette œuvre que j’ai pris un malin plaisir à revoir lors d’une soirée Halloween à laquelle j’étais conviée. Le coca servi, le ventre rempli de bonbons (et d’un grec), le Blu-ray dans le lecteur et me voilà fin prêt pour revoir ce film 🙂 .

Pourquoi le scénario écrit par William Peter Blatty, d’après son propre roman « L’Exorciste », a t’il marqué les esprits ? Je pense que c’est notamment grâce à son contexte. Replaçons un peu le film à son époque. Nous sommes en 1973, en pleine crise aux États-Unis et à cette époque on ne s’attendait pas à recevoir une telle claque et bien malgré les années qui passent (le film a quand même 35 ans à l’heure où j’écris ses lignes !!!), c’est toujours une même claque que l’on reçoit en visionnant ce film.

Une fillette bien propre sur elle, bien élevé, dans une famille nickel chrome sous tous les abords, dans un cadre parfait dans un quartier chic qui tout d’un coup va se mettre à proférer des insultes et faire des gestes obscènes. J’ai beau chercher mais sur ce coup-là, je n’arrive pas à trouver de film qui arrive à faire aussi fort de nos jours avec des gosses. Il doit y en avoir je pense (même si il me vienne pas tout de suite en tête… Quoique « Eden lake » dans un autre registre est pas mal aussi même si dans ce film, les gosses sont loin d’être des sains 😉 ) mais en 35 ans, rare sont les films à faire d’une sage fillette de 12 ans l’incarnation parfaite du Mal.

Les dialogues choquent mais il n’y a pas que ça qui fait la force de cette histoire car derrière son apparente facilité (l’éternel combat entre le bien et le mal, entre Dieu et le diable etc etc), le scénario arrive à nous captivé de bout en bout et à nous inviter dans cette histoire. Bien sûr avec le recul, certains passages peuvent prêter à sourire (surtout quand on a déjà vu le film et qu’il n’y a plus l’effet de surprise) mais le résultat s’avère être efficace et prenant.

On ressent durant le film un certain malaise pour un film qui alterne à merveille entre peur, psychologie et un soupçon de voyeurisme (car il faut être honnête, voir cette fillette transformé en démon ça marche). L’histoire peine un peu à se lancer au début mais c’est surtout pour installer de la meilleure façon qui soit l’ambiance parfaite mais aussi présenté les personnages. D’ailleurs, c’est aussi pour ça que la peur fonctionne car après avoir sympathisé avec ses personnages, on va rentrer dans le vif du sujet avec une telle rapidité que l’on n’aura pas le temps d’oublier tous les bons côtés de ses personnes qui n’ont rien demandé à personne et qui vont vivre la plus terrible expérience de leur vie.

La distribution apporte beaucoup au film également à commencer par une Linda Blair (Reagan) qui marquera à vie l’Histoire du cinéma et sans doute sa carrière qui après ce film ne réussira pas l’exploit de se débarrasser de son étiquette de jeune fille démoniaque. Il faut dire que la jeune comédienne se livre corps et âme dans son jeu. Lors de ses premières scènes, il est difficile de se dire qu’une enfant si calme puisse devenir en l’espace d’un instant l’incarnation du Diable. L’évolution de son personnage est parfaitement maitrisé à un point que ça en ait particulièrement bluffant pour son jeune âge (14 ans à l’époque du tournage si je ne me trompe pas). Une fois devenue le Mal en personne sa voix est parfaitement doublée par Mercedes McCambridge mais toute sa gestuelle reste parfaite. Après, le maquillage apporte beaucoup mais j’ai vraiment trouvé sa prestation remarquable et j’en suis même à un point de trouver ça dommage que sa carrière n’ait pas pris un autre visage après ce film.

On retrouve aussi un Max Von Sydow (Le Père Merrin) dans l’un de ses rôles les plus mémorables. Ce grand acteur dont le talent n’est plus à prouver tout comme son aura charismatique sur un film livre une prestation à la fois juste et très crédible. D’ailleurs, on pense souvent à cet acteur avec Linda Blair lorsque l’on parle du film « L’Exorciste ». La scène où il arrive chez les MacNeil éclairé par un lampadaire fait partie des scènes cultes du cinéma.

On parle aussi de Ellen Burstyn (Chris MacNeil) mais cette dernière est à mes yeux un peu en retrait dans cette distribution. Elle fait une mère dépassé par les événements parfaite mais elle est parfois un peu trop légère je trouve sur certain point comparé aux autres acteurs principaux. Son jeu reste tout de fois excellent.

C’est aussi le cas de Jason Miller (Le Père Karras) tantôt sûr de lui, tantôt paumé qui va se retrouver embarqué dans cette histoire malgré lui. Le comédien joue très bien son rôle et est parfait dans le rôle du complice de Max Von Sydow pour la séquence culte de l’exorcisme en lui-même. Les seconds rôles comme Jack MacGowran (Burke Dennings) sont savoureux et n’étouffe pas le film en étant présent juste comme il le faut et en livrant une prestation correcte qui permet de ne pas décrocher du film.

Quand on cite le nom de William Friedkin, on l’associe toujours lui aussi à « L’Exorciste ». Sa carrière alterne entre du bon et du moins bon mais en un film, le réalisateur a su se crée un nom et à instaurer des bases dans le genre. Nombreux sont les films qui ont tenté (parfois en moins bien) de copier la façon de faire du réalisateur dans ce film. Il faut dire que grâce à sa réalisation excellente, William Friedkin nous offre des plans tout simplement magistraux qui n’ont pas pris une ride malgré le temps qui passent.

Entre la fameuse arrivée chez les MacNeil du Père Merrin, la façon de filmer l’exorcisme en lui-même (ou un simple escalier)… et j’en passe des meilleures, William Friedkin nous offre une mise en scène bluffante à un point qu’on a parfois du mal à réaliser que ce film date de 1973 (et les scènes présentes dans la version director’s cut accentue encore un peu plus la maitrise totale de son sujet).

Les plans sont d’une beauté remarquable je trouve pour l’époque, les décors sont très bien exploités et la lumière est bien utilisé pour jouer avec elle est créé une ambiance encore plus angoissante. Ajouté le tout avec une bande son aussi célèbre que le film lui-même et des effets spéciaux efficace pour l’époque (pour un film de 73, je trouve qu’il n’y a pas lieu de rougir) qui ont certes légèrement vieilli mais qui apporte encore un peu plus de charme au film et vous obtiendrez un résultat remarquable.

Pour résumer, 35 ans après sa sortie en salles, « L’Exorciste » reste pour moi l’un des must des films d’horreurs. On a vu bien plus gore depuis mais on a rarement vu un scénario aussi marquant et une atmosphère aussi glaçante de bout en bout pour ce qui est au final une vraie leçon de cinéma. Le film ne possède pas un bon scénario ou un bon casting ou une bonne réalisation, il est tout ça à la fois. Il est un ensemble indissociable qui contribue à la réussite complète de cette œuvre du septième art qui continue de marqué les spectateurs qui l’ont découvert. Ce film est pour moi un long métrage à voir au moins une fois pour se rendre compte qu’un film d’horreur peut être maitrisé et que ce n’est pas qu’une histoire de sang. Un film d’horreur qui fonctionne doit posséder un fond et ce film en possède un que j’adore. Un film que je conseille fortement.

5/5 (Approved by Vladdy)

Publicités

4 réflexions sur “L’exorciste

  1. J’aime énormément ce film qui fait réellement peur même après les années. Cette peur augmente au fil des scènes, il y a une vraie tension et surtout derrière un vrai discours sur l’Amérique des années 1970 (notamment sur la place des femmes) qui dépasse effectivement la simple question de la lutte du bien contre le mal. Et le casting est franchement très bon !

    Aimé par 1 personne

    1. Je suis d’accord avec toi… sauf sur la peur peut-être. Le film ne m’a jamais réellement fait peur mais il a toujours su être captivant chez moi de par la tension qu’il sait créer. Maintenant, il faut aussi prendre en compte que le cinéma me fait rarement peur donc je ne suis pas forcément objectif mais son climax est malgré tout excellent 🙂

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s