Fast and Furious

fast-and-furiousFast and Furious (The Fast and the Furious). 1 heure 47. États-Unis – Allemagne. Action. Sortie en France le 26 septembre 2001 (le 22 juin 2001 aux États-Unis). Réalisé par Rob Cohen avec Vin Diesel, Paul Walker, Michelle Rodriguez, Jordana Brewster, Rick Yune, Chad Lindberg, Johnny Strong, Matt Schulze…

La nuit tombée, Dominic Toretto règne sur les rues de Los Angeles à la tête d’une équipe de fidèles qui partagent son goût du risque, sa passion de la vitesse et son culte des voitures de sport lancées à plus de 250 km/h dans des rodéos urbains d’une rare violence. Ses journées sont consacrées à bricoler et à relooker des modèles haut de gamme, à les rendre toujours plus performants et plus voyants, à organiser des joutes illicites où de nombreux candidats s’affrontent sans merci sous le regard énamouré de leurs groupies. A la suite de plusieurs attaques de camions, la police de L.A. décide d’enquêter sur le milieu des street racers. Brian, un jeune policier, est chargé d’infiltrer la bande de Toretto, qui figure, avec celle de son rival Johnny Tran, au premier rang des suspects.

« Je ne vis que pour les 400 mètres d’une course, tout le reste m’est égal… car pendant ces 10 secondes… je suis libre ! »

Avis écrit le 25 janvier 2011.

A l’occasion de la sortie en salles cette année de « Fast and Furious 5 » qui me tente énormément et que je devrais voir à la fin du mois, j’avais envie de redécouvrir les films de cette franchise. C’est donc tout naturellement que j’ai commencé par le premier volet et c’est avec plaisir en tout cas que j’ai inséré le Blu-ray dans mon lecteur surtout que ce film, ça faisait un petit moment déjà que je ne l’avais pas revu.

Autant être clair tout de suite, si vous n’aimez pas les jolies voitures customisés autant passer son chemin. En effet, véritable hymne à l’amour au tunning et à ses rodéos urbains, le scénario écrit par Gary Scott Thompson, David Ayer et Erik Bergquist, d’après l’article « Racer X » de Ken Li, nous offre tout ce qui pourra plaire aux fans du genre.

Le scénario ne casse pas la baraque mais l’enquête policière, bien que très légère, ainsi que cette histoire d’amitié qui va naître petit à petit entre Dominic Toretto et Brian O’Connor permet au film de nous faire passer un bon moment (tout en pensant à « Point Break »). La psychologie des personnages est traitée de façon très habile et bien qu’on n’évite pas certains clichés, le scénario nous permet de plonger littéralement au cœur d’un mode de vie pas si abordable que ça quand on est novice en la matière.

Façon de parler, comportement, à travers une micro société, cette histoire va nous captiver en rendant ce monde accessible à tous. Je suis loin d’être fan de ce genre de course et je dois bien dire qu’en général, les voitures je m’en fous un peu mais j’ai vraiment apprécié l’accessibilité de ce film vers un public comme moi qui même si on n’est pas fan on peut se laisser prendre au jeu.

Comme je dis un peu plus haut, l’enquête policière est quant à elle très légère et nous réserve peu de surprises. Elle est surtout là pour nous immerger dans ce monde à la fois dangereux et fascinant. Possédant quelques touches d’humour, le scénario reste donc très divertissant et nous fait passer un si bon moment qu’on lui pardonne vite ses grossières facilités dans son intrigue.

Niveau casting, je crois que c’est grâce à ce film que j’ai découvert Vin Diesel (Dominic Toretto). Si je peux me permettre un mauvais jeu de mots d’ailleurs, avec un tel nom, le scénario était écris sur mesure pour l’acteur qui s’en sors remarquablement bien. Charismatique, à l’image de son personnage il impose le respect à chacune de ses apparitions au point que tout comme le flic infiltré on se met très vite à sympathiser avec lui malgré les défauts de son personnage. Il n’est pas tout blanc mais j’ai beaucoup aimé les valeurs qu’il véhicule et j’ai beaucoup apprécié son jeu d’acteur efficace dans ce domaine.

J’ai apprécié aussi Paul Walker (Brian Earl Spilner / L’officier Brian O’Conner). Pourtant, il faut avouer qu’il peine un peu à exister quand Vin Diesel se trouve à ses côtés mais l’acteur s’en sort bien quand même et les touches humoristiques que ce dernier peut apporter n’y sont pas pour rien il faut le reconnaitre. Les scènes où son rôle de flic infiltré doit prendre le dessus sont quant à elle un peu moins convaincante je trouve mais bon ça n’as pas gâché mon plaisir plus que ça.

Côté casting féminin, Michelle Rodriguez (Letty) s’en sors pas mal du tout même si il faut admettre que ce n’est pas elle qui apporte le plus de glamour dans l’ensemble avec son rôle de garçon manqué amatrice de grosse cylindré. Je l’ai trouvé bien meilleur dans d’autres films mais il faut aussi voir qu’ici le scénario ne la met pas beaucoup en valeur sa romance avec Dominic Toretto étant elle aussi rapidement survolé (il n’y a qu’à voir la scène « chaude » entre elle et Vin Diesel qui es filmé de façon inutile et rapide. Cela n’apporte rien et ça ne nous laisse pas le temps de sympathiser avec ce couple.).

Jordanna Brewster (Mia Toretto) elle aussi n’est pas très souvent mise en valeur mais elle apporte déjà un peu plus de glamour au film surtout au début où là en revanche, la romance qu’elle va vivre va être mieux traité (faut dire aussi que là, cette romance va être assez importante pour le reste de l’intrigue).

Le reste de la distribution s’en sors pas mal sinon il faut bien le reconnaître même si parmi les rôles secondaires, j’ai plus accrocher avec les jeux d’acteurs de Chad Lindberg (Jesse) qui incarne très bien l’ami un peu décalé que l’on aimerait avoir ou encore Thom Barry (L’agent Bilkins) dans le rôle du protecteur grande gueule. Rick Yune (Johnny Tran) aussi à une interprétation assez sympathique mais son personnage possède tellement de clichés que cela ne rend pas service au comédien à mes yeux.

La mise en scène de Rob Cohen est très sympathique. Elle joue bien sûr comme pour le scénario sur quelques facilités et il est facile de tomber sur certains pièges comme le fait de glisser ici et là de façon un peu maladroite de la publicité (chose que je pardonne toutefois car dans ce milieu-là publicité à un rôle souvent très important) mais Rob Cohen nous offre aussi des plans assez intéressant en évitant de tomber trop souvent dans la surenchère.

C’est assez drôle de voir certaines prise de vitesse des voitures mais dans l’ensemble j’ai trouvé la réalisation très agréable et rendant service à son sujet. J’ai d’ailleurs aussi beaucoup apprécié la façon de filmer la scène qui se déroule après le générique de fin. Elle n’apporte pas grand-chose (sauf peut-être une justification au film) mais j’ai bien aimé cette séquence qui nous fait même regretter que le film soit déjà fini.

Car oui il faut bien l’admettre, après s’être laissé prendre au jeu, ça va tellement vite avec ce rythme qui ne nous laisse aucun temps mort que l’on n’a pas le temps de s’ennuyer. Même la bande originale composée par Brian Tyler colle bien avec l’ensemble et tout comme pour les voitures, même si je ne suis pas fan du style musical, je dois dire que ça va avec son sujet et que ce n’est pas trop désagréable.

Pour résumer, « Fast and Furious » est pour moi un divertissement très réussi. Le film possède certes ses défauts mais il nous fait passer un bon moment au point qu’on lui pardonne assez facilement ses facilités. N’étant pas fan de voitures, j’ai bien apprécié le fait que le long métrage cible très bien le public qu’il vise tout en le rendant accessible aux autres. Cela évite de le laisser se fermer et permet à un plus large éventail de spectateur de passer un bon moment. Je me souviens encore qu’à l’époque où j’ai découvert ce film, cela avait été pour moi une bonne surprise et après l’avoir vu a de nombreuses reprises, le plaisir est chez moi toujours intact envers ce divertissement que je recommande et qui est vraiment très agréable à voir si l’on aime le genre.

4/5 (Excellent)

Publicités

2 réflexions sur “Fast and Furious

    1. Effectivement, j’avais envie de me les refaire avant la sortie d’un prochain opus. Je comprends que l’on n’accroche pas même si globalement, je trouve que ce sont des divertissement d’action plaisant. On va dire que quand je mate ce genre de films, je sais dans quoi je me dirige ^^

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s