Devdas

devdasDevdas. 3 heures 05. Inde. Drame – Romance – Musical. Sortie en France le 2 avril 2003 (le 12 juillet 2002 en Inde). Réalisé par Sanjay Leela Bhansali avec Shahrukh Khan, Aishwarya Rai, Madhuri Dixit, Jackie Shroff, Smita Jaykar, Manoj Joshi, Ananya Khare, Ava Mukherji, Kiron Kher, Sunil Rege, Vijay Crishna, Tiku Talsania, Jaya Bhattacharya, Vijayendra Ghatge, Madhani Mohit, Bansaree Madhani…

Devdas, le fils d’un riche propriétaire, et Paro, la fille d’un modeste voisin, s’aiment passionnément. Malheureusement, le père de Devdas n’accepte pas l’entrée de Parvati dans sa famille en raison des différences de classe sociale.
Paro va alors épouser contre son gré un propriétaire plus âgé qu’elle, et Devdas, parti à Calcutta, sombre dans l’alcoolisme…

« Ceux qui jugent entre le bien et le mal, j’ignore ce qu’ils décideront pour toi. Mais sache que dans une vie future, je ne pourrai renoncer à toi. »

Avis écrit le 17 décembre 2016.

Bien qu’il soit assez riche, je connais assez peu le cinéma bollywoodien. Curieux par nature, j’avais bien tenté un film par le passé (que j’avais bien aimé) mais par manque de temps, je n’étais plus retourné vers ses horizons cinématographiques. Avec « Devdas », que l’on me conseillait depuis un moment, j’ai décidé de retenter l’expérience.

Et dans l’ensemble, je ne le regrette pas une nouvelle fois. J’ai eu l’impression de voir un film bollywoodien parmi tant d’autres (et je ne dis pas ça de façon négatif) qui répond à des codes bien définis et qui par sa structure ne m’a pas surpris plus que cela. Cependant, je savais dans quoi je m’aventurais et je dois avouer que malgré tout j’ai été pris dans ce « Roméo et Juliette » indien.

Le scénario écrit par Prakash Ranjit Kapadia et Sanjay Leela Bhansali, d’après le roman éponyme de Sarat Chandra Chatterjee n’est vraiment pas mauvais. Sous ses airs de caricatures avec cette surenchère, ses danses et ses couleurs qui en mettent plein la vue, je trouve qu’il y a un fond qui est très intéressant.

Alors oui, je n’y peux rien, le fait de voir toutes ses danses, ses chansons, ses couleurs et ce cabotinage m’amuse et du coup, je suis assez hermétique en terme d’émotions que peut chercher à provoquer le film. Mais dans les sujets qu’il aborde, je trouve que le film vaut néanmoins le détour. La différence sociale de l’époque, l’amour impossible, le père glacial, le regard de la courtisane, l’alcoolisme, la société indienne… Il y a vraiment un tas d’éléments qui sont plus ou moins mis en avant et qui mérite que l’on s’attarde dessus.

C’est sans doute grâce à ça aussi que le film m’a sans doute plu et que j’ai ainsi trouvé le temps pas trop long. Car après oui, même si je trouve ça joli avec une certaine forme de poésie et de lyrisme, il faut reconnaître qu’il faut assez vite adhérer pour tenir pendant les trois heures de spectacle. C’est une autre forme de cinéma, je n’y suis pas totalement adepte mais ça vaut quand même le coup d’œil.

J’en ai déjà parlé un peu en substance en évoquant le scénario mais si j’ai eu du mal parfois à être happer par ce récit, c’est aussi (au-delà de la forme même du cinéma bollywoodien) à cause d’une surenchère dans l’interprétation des différents acteurs. Cela fait partie de cet univers mais personnellement, ça ne m’aide pas à rentrer dans l’histoire même si je reconnais qu’en termes de danse, le niveau est assez incroyable.

Maintenant, cela ne veut pas dire que c’est mauvais. Cela colle à l’esprit du film et une nouvelle fois, on y adhère ou pas. De mon côté, j’ai eu un peu de mal. Il m’a ainsi fallu un certain temps pour adopter Shahrukh Khan (Devdas) qui dès sa première apparition en aristocrate indien qui revient de Londres m’a plus fait sourire qu’autre chose. J’ai trouvé que son jeu était vraiment léger. Il n’y a que vers la fin que le comédien montre des choses plus intéressante. J’ai lu qu’il existait, parmi les nombreuses versions de cette histoire, une interprétation plus posé de ce personnage interprété par Dilip Kumar (dans le « Devdas » de Bimal Roy de 1955) que je serais du coup curieux de voir un jour car les thèmes abordés par ce personnage me plaisent vraiment.

Face à lui, j’ai déjà un peu plus apprécié le jeu d’Aishwarya Rai (Paro) qui a su m’envouter dès ses premières apparitions avec son regard. J’ai notamment aimé les nuances que met l’actrice dans son personnage. Certes, elle incarne une femme qui est dépassé par son amour et ce que celui-ci va provoquer mais j’ai aimé le fait qu’elle ne soit pas totalement soumise dans cette époque. Il y a chez cette comédienne un côté sauvage très bien dosé qui lui va comme un gant et qui fait que j’ai tout de suite eu beaucoup plus de sympathie pour elle.

Parmi les nombreux personnages qui composent cette fresque, j’ai eu une agréable surprise sinon avec Madhuri Dixit (Chandramukhi). Dans son rôle de courtisane, je l’ai trouvé très juste. J’ai éprouvé une grande tendresse pour son rôle que l’actrice à très bien su jouer. Parmi les scènes du film que j’ai particulièrement aimé, il y en a pas mal où elle est présente comme celle où après une danse devant l’aristocratie, on révèle son statut social. Le jeu de la comédienne est ici très efficace.

J’ai bien aimé aussi Kiron Kher (Sumitra Chakrabôrty). Pourtant au début, je trouvais qu’elle faisait partie de celle qui en faisait le plus des tonnes mais très vite, elle a su faire évoluer son jeu, le tournant étant le passage bouleversant (une autre scène que j’aime bien) où elle répond à l’humiliation qu’elle subit face à Smita Jaykar (Kaushalya Mukherjee). Cette dernière en mère de Devdas m’a elle un peu plus laissé sur ma faim prenant le chemin inverse en nous montrant de belles choses au début avant de s’effacer petit à petit.

Parmi les rôles secondaires, j’ai bien aimé Jackie Shroff (Chunnilal). Il m’a bien amusé même si j’aurais aimé en voir un peu plus. Avec un traitement parfois un peu plus sérieux (car l’histoire reste malgré tout très dramatique), j’aurais bien aimé que l’on exploite davantage la relation de son personnage avec celui de Devdas. Ananya Khare (Kumud Mukherjee) nous frustre un peu aussi par son exploitation basique de la belle-sœur garce de service tout comme Vijay Crishna (Sir Narayan Mukherjee) en père autoritaire qui aurait gagné d’un peu plus de temps de présence.

La distribution étant vraiment très riche dans ses trois heures de long métrage, il est difficile de parler de tout le monde. Certains étant mis peut-être trop en avant tandis que la sympathie que l’on peut avoir pour d’autres nous fait dire qu’on aurait aimé les voir un peu plus. Tiku Talsania (Dharamdas) en serviteur dégage par exemple lui-aussi une certaine tendresse. Vijayendra Ghatge (Bhuban Chaudhry) en époux de Paro possède lui aussi une thématique qui aurait pu me plaire, la scène où il explique à Paro ce que va être dorénavant leur vie de couple après leur mariage montrant une facette intéressante de la société de l’époque.

D’une manière générale, ce casting a beau être très riche, chaque personnage qui compose cette distribution est légitime et chaque rôle apporte un petit quelque chose à cette histoire que cela soit important ou non, développé ou sous exploité. Petite aparté, pour un film bollywoodien, le dvd possède pour une fois une version française à peu près potable mais personnellement, je préfère quand même la version originale (pourtant je n’ai rien contre les versions françaises je le précise) dont la surenchère dans le jeu est moins exagéré.

Je ne connais pas spécialement le cinéma bollywoodien je ne m’en cache pas. Je ne pourrais donc pas expliquer pourquoi ce film particulièrement a été présenté à Cannes et a permis de démocratisé le genre. J’ai vu plusieurs extraits de films bollywoodien et je ne parviens pas (sans doute par manque de connaissance) à distinguer ce qui le rend vraiment particulier. Cependant, la réalisation de Sanjay Leela Bhansali est tout de même très belle.

Je ne sais pas si c’est le film qui vieillit ou le grain de l’image de mon dvd (qui est un dvd officiel pas un piratage je le précise car j’ai l’impression que pas mal de films bollywoodien se vend « sous le manteau ») mais je trouve qu’à l’écran, les couleurs et la photographie ne sont pas mise en avant à leur juste valeur. Je serais curieux de voir quelques passages de ce film en version HD avec une image plus lisse.

Pourtant, cela reste très beau. Les chorégraphies des différentes danses sont bien exécutées tandis que l’on se retrouve à chaque plan en présence de véritables tableaux. Les couleurs, la lumière, les décors, les costumes… L’ensemble est très structuré, tout y est parfaitement millimétré. On a d’ailleurs plus l’impression d’assister à un spectacle vivant plutôt qu’à une œuvre cinématographique.

Et malgré tout dans la réalisation, il y a des scènes qui n’ont rien à envier à certaines grosses machines hollywoodiennes. Le travail effectué est vraiment efficace et c’est assez plaisant à suivre. Le montage aussi est bien ficelé. N’étant pas spécialement adepte du genre, j’ai bien ressenti quelques longueurs, le film fait bien ses trois heures mais ce n’est pas pour autant dérangeant ni même ennuyeux pour peu que l’on se laisse transporter dans cette aventure.

En fait, c’est surtout déstabilisant pour moi car je ne suis pas habitué à ce genre de films voilà tout mais ce n’est vraiment pas mauvais. J’en veux pour preuve que mon avis est au final beaucoup plus long que ce que je pensais écrire à la base et qu’après mon visionnage, certain aspect de son fond et de sa forme ne me laisse pas totalement indifférent. Au-delà des différentes danses, la musique signée Ismail Darbar m’a bien plu aussi. Je n’ai pas saisi toujours la portée poétique de certaines paroles (merci les sous-titres malgré tout) mais cela colle bien au film et c’est agréable à l’écoute encore une fois si l’on rentre dans le projet.

Pour résumer, je ne regrette vraiment pas ma découverte de « Devdas ». Pour l’apprécier, il faut vraiment rentrer dans l’esprit du cinéma bollywoodien auquel ce long métrage répond à tous les codes. De mon côté, si en terme d’émotions cela me laisse un peu hermétique malgré la dimension dramatique de ce récit, j’ai quand même aimé ce film. L’interprétation est un peu trop dans l’exagération à mon goût mais la forme est soignée tandis que le fond aborde plusieurs thématiques que je trouve passionnante. En fait, plus je repense à ce film et plus je trouve des petites choses qui me le rende appréciable me démontrant (même si je n’en doutais pas) que le cinéma est un langage universel. J’aime ce genre d’expérience qui ne me laisse pas de marbre et même si je n’en abuserais pas à cause de sa longue durée, je pourrais prendre du plaisir à revoir ce film. Je ne sais pas ce qui différencie « Devdas » des autres films bollywoodien mais pour une incursion dans ce cinéma, cela me semble être une bonne étape.

4/5 (Excellent)

Publicités

4 réflexions sur “Devdas

    1. C’était une sorte d’initiation pour moi en tout cas. Jusqu’à présent, du cinéma bollywoodien, j’avais juste vu « New-York Masala » (un autre délire mais assez sympathique). J’ai vu ce « Devdas » car on m’a dit que pour une incursion dans le genre, ce film était parfait et en effet il l’est puisqu’il possède pas mal d’éléments que l’on identifie assez facilement à ce cinéma. A l’occasion, j’essaierai d’en voir d’autres c’est juste qu’en moyenne c’est trois heures donc il faut se les caser et que de plus, c’est assez difficile j’ai l’impression d’avoir des dvds de qualité dans le commerce…

      J’ai pas lu le roman en revanche (pas sur d’en avoir envie) mais du coup si tu parviens à voir le film, je serais curieux d’avoir ton retour ainsi qu’un petit parallèle avec le livre 😉 Là, comme je l’écris dans mon avis, c’est surtout la vieille version de cette histoire datant des années 50 que je tenterais bien surtout pour le jeu plus posé apparemment de l’acteur principal 😉

      Aimé par 1 personne

      1. C’est toujours le problème des longs films : il faut trouver du temps !
        Franchement, même si le livre est considéré comme un chef-d’oeuvre (en tout cas en Inde), j’avoue que ça m’a laissée assez indifférente, je ne pense pas que ça te plaise pour être honnête ! Mais du coup oui faire un parallèle entre le bouquin et le film me plairait ! Allez, résolution prise : je le regarderai cette année !! 😀

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s