Titanic

titanicTitanic. 3 heures 14. États-Unis. Drame. Sortie en France le 7 janvier 1998 (le 19 décembre 1997 aux États-Unis). Réalisé par James Cameron avec Leonardo DiCaprio, Kate Winslet, Billy Zane, Kathy Bates, Frances Fisher, Gloria Stuart, Bill Paxton, Bernard Hill, David Warner, Victor Garber, Jonathan Hyde, Danny Nucci, Jason Barry, Eric Braeden…

Southampton, 10 avril 1912. Le paquebot le plus grand et le plus moderne du monde, réputé pour son insubmersibilité, le « Titanic », appareille pour son premier voyage. Quatre jours plus tard, il heurte un iceberg. A son bord, un artiste pauvre et une grande bourgeoise tombent amoureux.

« Je veux dire, j’ai tout ce qu’il me faut ici avec moi. J’ai de l’air dans les poumons et quelques feuilles blanches pour travailler. J’adore me réveiller le matin sans savoir ce qu’il va m’arriver, qui je vais rencontrer, où je vais échouer. Il y a quelques jours j’ai dormi sous un pont et aujourd’hui je suis ici, sur le plus grand navire du monde, à boire du champagne en de si bonne compagnie. Je pense que la vie est un don et je ne veux pas le gâcher, on ne sait pas quelle donne on aura le jour suivant, on apprend à accepter la vie comme elle vient, pour que chaque jour compte. »

Avis écrit le 16 mai 2012.

Onze… C’est le nombre d’Oscars qu’a reçu « Titanic » à l’époque de sa sortie en salles mais c’est aussi le nombre de fois que je l’avais vu à l’époque en salles. Depuis, je ne l’avais revu que deux ou trois fois sur ma télévision mais le film étant pour moi un vrai film de cinéma, j’y prenais pas le même plaisir. Du coup, lorsque le film de James Cameron est ressorti en salles en 3D, c’est sans hésiter que je me suis ruée en salles pour le voir une douzième fois au cinéma mais cette fois ci, en 3D.

Je suis toujours autant fan de ce film. Tout ce que j’avais ressenti en 1998 lorsque j’avais été le voir à plusieurs reprises, je le retrouve aujourd’hui encore plus de dix ans plus tard. Le scénario écrit par James Cameron est tout simplement excellent sous ses airs de facilités. Facilités car il est vrai que la romance peut apparaître comme convenu mais elle est diablement efficace.

C’est aussi ça la magie du cinéma c’est qu’on a envie d’y croire et personnellement, j’y ait cru. J’ai trouvé cette histoire très belle et mon côté naïf a apprécié cette romance sous fond de lutte des classes où chacun combat pour sa liberté d’aimer et de faire ce qu’il souhaite. Sur ce point, il y a tout un sous texte sur les différentes classes sociales, la place de la femme et la société à l’époque qui est à la fois très dur et très intéressant.

Mais « Titanic », ce n’est pas que ça. C’est aussi une reconstitution très fidèle du naufrage du fameux paquebot. Une tragédie humaine amplifiée par la sympathie que l’on peut ressentir pour les différents personnages durant tout le film. Là où ce n’était qu’un fait divers historique tragique, James Cameron nous apporte une dimension humaine, nous met un visage sur des noms, des gens qu’on aurait pu côtoyer, avec qui on aurait pu être amis au point que l’on en oublie très vite la fiction…

Du coup, durant une bonne partie du film, on se voile la face, on ignore l’issue finale qui inévitablement finira par arrivé et là, on se met à espérer comme si nous étions présent nous-même sur le paquebot. Une machine coule mais on n’as de cesse de voir que tout cela continue d’être un enchainement d’erreurs humaines.

La prétention d’être sur un paquebot insubmersible, les décisions de navigation prise avec légèreté, des canots de sauvetage insuffisants dont on n’utilise pas la totalité de leurs capacités etc etc. Le film réussit à nous montrer tout ça au-delà de la romance qui nous sert de fil conducteur. Il nous rend les passagers encore plus sympathiques. Il nous montre un drame humain où même celui qui de nos jours tentera de mettre la main sur un diamant sans chercher à vraiment comprendre les gens qui étaient à bord, va se remettre en question.

Le film dure plus de trois heures mais après une dizaine de visionnage, je ne me lasse toujours pas de cette œuvre puissante qui me tient en haleine du début jusqu’à la fin sans que je voie le temps passé. Tous les ingrédients pour en faire un grand film de cinéma sont réunis : humour, romance, aventure, tragédie… Le spectateur est invité à voyager dans ce long métrage et même si la tragédie arrive, le film permet, je trouve, de bien donner vie à des hommes et des femmes comme tout le monde avec leurs qualités comme leurs défauts.

Ses hommes et ses femmes sont d’ailleurs magnifiquement bien interprété par un grand casting qui se met totalement au service de ce film à commencer par le duo phare Leonardo DiCaprio – Kate Winslet qui ont donné leurs lettres de noblesses à l’histoire d’amour à l’état brut au cinéma.

C’est le couple cinématographique par excellence, celui que tout oppose et que paradoxalement tout réuni. Dès leurs premières apparitions, on est conquis. Leonardo DiCaprio devient rapidement proche de nous en Jack Dawson avec sa franchise et sa joie de vivre très communicatif tandis qu’on tombe vite sous le charme de Kate Winslet en Rose DeWitt Bukater. Les acteurs visent juste, on croit en leur romance et c’est ainsi qu’un mythique duo prends vie sous nos yeux. Sans exagération, avec la justesse qu’il faut mais aussi l’innocence de leurs amours, leur couple fonctionne à merveille pour moi.

Derrière eux, les seconds rôles ne sont pas pour autant oublier. On les aime et/ou on les déteste de la même façon. C’est ainsi que Billy Zane incarne très bien la parfaite tête à claques en la personne de Caledon Hockley (pour ce personnage la V.O. sonne plus juste même si j’apprécie la V.F). L’acteur nous rend son personnage détestable à souhait et tient bien la route pendant trois heures dans la peau du méchant de service.

A l’inverse, on éprouve pas mal de sympathie pour Kathy Bates qui joue une Molly Brown fraiche et pétillante. On sent bien à travers son interprétation le côté « nouveau riche » qui feint la naïveté mais qui sais très bien où elle met les pieds. J’ai bien aimé aussi Victor Garber dans le rôle de Thomas Andrews. Plus le film avance et plus on ressent de la peine pour cet homme qui va porter sur ses épaules la responsabilité de la catastrophe tout comme Bernard Hill dans la peau du Capitaine Edward J. Smith.

Il y a tellement de personnages riches et intéressant psychologiquement parlant je trouve, qu’il m’est difficile de tous les citer mais je peux nommer Frances Fisher en Ruth DeWitt Bukater froide et parfaite dans les clichés de l’aristocratie de l’époque. Danny Nucci en Fabrizio De Rossi ainsi que Jason Barry en Tommy Ryan sont excellent en bons potes qu’on aimerait avoir. Jonathan Hyde en J. Bruce Ismay fait le lâche arrogant tandis que David Warner en Spicer Lovejoy est inquiétant à souhait même si parfois on peut trouver qu’il en fait un peu trop…

La distribution est très riche et personne ne fait de fausses notes à mon goût, chaque comédiens étant parfaitement à sa place et incarnant son personnage de la meilleur façon qu’il soit. D’ailleurs, c’est peut-être dû au fait que j’ai vu ce film à de nombreuses reprises mais je trouve ce casting si judicieux que je m’imagine mal d’autres comédiens pour cette distribution.

Je parle des acteurs jouant les personnages fictifs présent pendant la tragédie (705 passagers sur 2243 furent sauvés. Survécurent 60% des 1ères classes, 44% des 2èmes et 25% des 3èmes. Tout comme les canots, il n’y avait pas non plus assez de gilets de sauvetage qui étaient au nombre de 1178 pour la petite information et revenir à ce qui n’est pas fictif) mais ceux incarnant les personnages de nos jours ne sont pas mal du tout non plus.

C’est ainsi que j’ai beaucoup aimé le personnage de Brock Lovett incarné par un Bill Paxton très bon. De même, j’ai bien aimé aussi la fragilité et la force en même temps qui se dégage de Gloria Stuart qui joue Rose Dewitt Bukater âgée (même si pour elle comme pour Billy Zane, la version originale sonne plus juste que la version française que j’apprécie pourtant également).

Il y a un regard de découverte bien joué par Suzy Amis qui joue Lizzy Calvert ou Lewis Abernathy très drôle en Lewis Bodine. Sur les 3 heures 15 que dure le film on les voit au final surtout au début et un peu à la fin mais je trouve qu’ils permettent de bien amenés l’intrigue. Toujours pour l’anecdote, on peut noter le caméo de James Cameron lui-même car ce sont ses mains qu’on voit à l’écran lors de la fameuse scène où Jack dessine Rose nue les dessins ayant été faits par le réalisateur.

En parlant de James Cameron justement, il nous livre une mise en scène ahurissante qui vieillit très bien et reste toujours très efficace. Le travail titanesque fourni à l’écran se ressens tant on voit la qualité de l’ensemble. Les plans s’enchaînent de façon très fluide, on a le droit à de très belles séquences et sa réalisation nous aide grandement à rester plonger en plein cœur de ce film.

J’aime beaucoup le montage avec les bonnes utilisations du fondu ainsi que la photographie que je trouve très belle. Les décors et accessoires sont magnifiques et parfaitement reconstitués tandis que je continue de rester épater face aux effets spéciaux qui sont vraiment très bluffant. Tout comme Jack et Rose, on à cette sensation de découverte lorsqu’ils se cherchent puis se besoin de courir pour être sauver.

Le film est toujours très dynamique et la tension se fait ressentir crescendo jusqu’au fameux naufrage et à la scène terriblement oppressante où on voit quelques survivants tentés de resté en vie dans l’eau glaciale. La musique du film composée par James Horner est elle aussi très belle avec de bonnes tonalités et un son celtique qui me plait bien et colle bien avec le film. On peut aussi parler de la légendaire chanson de Céline Dion « My heart will go on » qui termine bien le film et continue encore à l’heure actuelle d’être une grande chanson de film.

Concernant la 3D, j’ai trouvé qu’elle était en générale très belle. Elle apporte pas mal de profondeur à certaines scènes et on sent que chaque scène a bénéficié d’un soin très précis pour sa conversion mais globalement, aussi réussi soit-elle, je continue de penser que ce procédé reste avant tout un gadget et si James Cameron l’as mis à son apogée grâce à « Avatar », pour « Titanic » je ne suis pas sûr que cela soit vraiment utile et un simple visionnage en 2D m’aurait amplement suffit.

Pour résumer, je ne suis peut-être pas objectif concernant « Titanic » car ça reste un film qui a marqué ma culture cinématographique mais ce fut un pied énorme de le revoir en salles. Sur grand écran, le long métrage de James Cameron est juste époustouflant. Je trouve la romance très belle et bien dosé tout en étant sensible à cette tragédie qui 100 ans plus tard continue de faire couler beaucoup d’encre. Ce long métrage à en tout cas le mérite de nous divertir, de faire appel à nos émotions tout en nous rappelant que derrière tout ça, de nombreuses personnes ont perdus la vie. Scénario, acteurs, mise en scène, musique… tout est parfait je trouve dans ce très grand film que je ne me lasse pas de voir et revoir même avec une 3D qui reste un gadget pas utile pour moi. On est en présence d’un chef d’œuvre du cinéma qui reste respectueux vis à vis de la tragédie humaine qu’il met en avant. J’ai pris mon pied et je le reverrais volontiers encore de nombreuses fois, ce film a marqué l’Histoire du cinéma et je comprends aisément pourquoi. Un grand film à voir.

Édit du 19 décembre 2016 : Depuis cet avis, j’ai eu la chance de revoir ce film sur grand écran plusieurs fois en 2D et en 3D et je ne m’en lasse toujours pas. J’ai revu ce film en Blu-ray (je me refusais à le revoir lors de son passage à la télévision ne voulant pas voir ce chef d’œuvre coupé par des publicités) plusieurs fois également, il n’y a pas le même impact que sur grand écran (c’est un vrai film de cinéma) mais le plaisir reste là 🙂 .

5/5 (Approved by Vladdy)

Publicités

6 réflexions sur “Titanic

    1. De mon côté c’est vraiment un film dont je ne me lasse pas et c’est aussi celui que j’ai vu le plus de fois au cinéma, support sur lequel il trouve toute sa splendeur à mes yeux même si la qualité de mon Blu-ray n’est pas dégueulasse 😉

      J'aime

  1. J’avais au début beaucoup de mal à aimer et à comprendre le succès de ce film. Avec le temps, sans dire qu’il s’agit d’un de mes films préférés, les choses se sont apaisées et je l’apprécie plus qu’avant. Je suis disons plus sensible sur la deuxième partie du film que la première.

    J'aime

    1. J’adore ce film maintenant, je peux comprendre que d’autres s’y attachent moins. Pour ma part, je trouve même qu’il vieillit très bien et plus je le visionne, plus je trouve des choses dans le scénario, au-delà de la romance, qui me plaise. Maintenant, je n’abuse pas de ce film à cause de sa durée, parce que je trouve que c’est surtout un film de cinéma aussi et également parce que malgré mon amour pour ce film, je ne pense pas que ce soit un film dont il faut abuser.

      Aimé par 1 personne

    1. J’adore ce film que ce soit pour sa romance, sa reconstitution du bateau et/ou de l’époque ou la qualité du travail de Cameron. Vu de très nombreuses fois au cinéma (dont deux fois en 3D), je ne m’en lasse pas et je le revois toujours avec beaucoup de plaisir. En revanche, impossible pour moi de le voir à la télévision. Me le mater entrecoupé de publicités, c’est juste impensable (et ça vaut pour une grande partie des films que je mate d’ailleurs). Du coup, je privilégie un visionnage en Blu-ray comme la dernière fois. Il passait sur TF1 mais je l’ai regardé en même temps en Blu-ray ce qui m’a permis de pouvoir me coucher plus tôt en plus ^^

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s