Moonlight

moonlightMoonlight. 1 heure 51. États-Unis. Drame. Sortie en France le 1er février 2017 (le 21 octobre 2016 aux États-Unis). Réalisé par Barry Jenkins avec Alex R. Hibbert, Ashton Sanders, Trevante Rhodes, Mahershala Ali, Janelle Monáe, Naomie Harris, Jaden Piner, Jharrel Jerome, Andre Holland, Edson Jean…

Après avoir grandi dans un quartier difficile de Miami, Chiron, un jeune homme tente de trouver sa place dans le monde. Moonlight évoque son parcours, de l’enfance à l’âge adulte.

« Un jour, tu devras choisir qui tu as envie d’être. Personne ne pourra le décider à ta place. »

Avis écrit le 7 février 2017.

C’est tout fraichement décoré du Golden Globes du meilleur film dramatique et après en avoir entendu de très bons échos à son sujet que j’ai eu envie de découvrir « Moonlight ». Le sujet avait l’air intéressant, l’affiche attisait ma curiosité et ma seule crainte était d’avoir à faire à une œuvre académique qui nous pond dans son scénario des choses que l’on a déjà vu des centaines de fois.

Très vite, j’ai été rassuré. Le scénario écrit par Barry Jenkins, d’après la pièce de théâtre « In Moonlight Black Boys Look Blue » de Tarell Alvin McCraney, a su me captivé. On évite pas certains passages obligatoire avec le milieu social difficile et le thème de l’homosexualité mais ce n’est jamais caricatural, jamais risible.

Bien au contraire, j’ai même bien apprécié le fait qu’on éprouve très vite une certaine tendresse pour Chiron que la société qui l’entoure à tendance à marginaliser alors qu’il n’a rien de différent. Couper cette histoire en trois actes est également une très bonne idée. On a le droit à trois passages clés de sa vie qui vont nous faire comprendre son évolution sans jamais tomber dans le mélodrame pompeux.

Après, il y a quand même quelques longueurs et dans ses passages de la vie de notre héros, j’ai quand même quelques petits regrets mais rien de bien méchant. Par exemple, je trouve que la découverte de son homosexualité (du moins lorsque le héros va le découvrir) est montré de façon un peu maladroite à force de vouloir rester conventionnel avec son sujet. De plus, même si ce n’est pas inintéressant, le dernier acte est un peu moins fascinant je trouve, un peu plus mou.

Quoiqu’il en soit, ce long métrage est porté par un excellent casting à commencer par le trio Alex R. Hibbert, Ashton Sanders et Trevante Rhodes qui incarne Chiron à différentes étapes de sa vie (Little, Chiron et Black). Ce qui m’a le plus épaté dans leurs interprétations respectives, c’est la justesse de leurs regards et de leurs postures. En tant que spectateur, on y croit vraiment à cette évolution et elle est tellement cohérente dans le jeu que l’on ne voit pas trois acteurs différents mais un seul et même personnage. Il y a une alchimie entre ses trois acteurs qui est aussi crédible que le montage proposé par l’affiche promotionnelle de ce long métrage.

Personnage assez important dans la vie de notre héros, j’ai bien aimé aussi le trio Jaden Piner, Jharrel Jerome et Andre Holland dans la peau de Kevin aux différentes étapes de la vie de Chiron. Pour le coup cette fois-ci, la transition entre ses trois acteurs m’a moins époustouflé. Je n’ai pas ressenti comme une évidence dans le choix des acteurs mais j’ai néanmoins bien aimé leurs jeux respectifs.

Le reste de la distribution est tout aussi bonne en tout cas. Janelle Monáe (Teresa) m’a vraiment bien plu en mère de substitution qui ne tombe pas dans la caricature non plus tout comme j’ai aimé la performance assez marquante de Naomie Harris (Paula). Découvert récemment dans la série télévisée « Luke Cage », j’ai apprécié retrouver Mahershala Ali (Juan), excellent et charismatique au point que je regrette vraiment qu’on ne le voit pas davantage.

Premier long métrage que je découvre de Barry Jenkins (en voyant sa filmographie pour le moment il n’y a aucuns titres dont j’avais déjà entendu parler…), sa mise en scène m’a un peu déstabilisé. Dans l’ensemble, c’est agréable à suivre. On est typiquement dans le film d’auteur qui prend son temps et qui possède même certaines petites longueurs préjudiciable. Je m’y attendais un peu à ce type de réalisation donc il n’y a rien de choquant.

En revanche, je trouve que par moment il tourne un peu trop avec sa caméra sans que cela soit forcément justifié. Rien de bien méchant, ça ne rend pas malade (on n’est pas dans un « Blair Witch » non plus) mais j’ai trouvé que certains plans gâchait un peu la beauté et la poésie de ce film (surtout dans son début).

C’est malgré tout bien sauvé par une très belle photographie et une exploitation de la lumière qui nous plonge dans un Miami que l’on n’a pas forcément l’habitude de voir au cinéma sous cet angle. Ce quartier difficile qu’est Liberty City évite de tomber dans le piège de la caricature également et fait même office de personnages à part entière lorsque la classe sociale et la condition de Chiron accentue son mal être.

Le montage est lui aussi bien réussi. C’est vrai que choisir juste trois passages de la vie de Chiron tout en assumant les ellipses que cela va provoquer dans le récit, ça pouvait être casse gueule mais le résultat s’avère maitrisé au point que même si le rythme est parfois lent, on ne s’ennuie jamais réellement. On reste captivé par cette histoire même lorsque la bande originale composée par Nicholas Britell est un peu trop lourde dans sa volonté de créer une émotion alors que le scénario et le jeu des acteurs se suffit à eux-mêmes.

Pour résumer, « Moonlight » n’est pas pour moi la claque que l’on avait pu me vendre. En même temps, pour être tout à fait honnête, je m’y attendais un peu. Cependant, ce long métrage s’avère intéressant dans le traitement de son sujet et mérite quand même le détour. On n’est jamais dans le voyeurisme gratuit. Au-delà de l’incroyable performance des trois acteurs qui incarnent Chiron à différentes étapes de sa vie, j’ai vraiment apprécié le fait que le film ne tombe pas dans le piège de la caricature et c’est aussi cela qui en fait un film qui sort un peu du lot. A voir.

3.5/5 (Très bien)

Publicités

10 réflexions sur “Moonlight

    1. Disons surtout qu’il est intéressant et pas si caricatural comme je le craignais. Maintenant, il a quand même quelques petites imperfections qui font que ce n’est pas la claque que l’on m’avait vendu mais je ne regrette pas mon visionnage 😉 Tu me diras ce que tu en as pensé 😉 Bon week-end également 🙂

      J'aime

      1. Je suis allée le voir hier et ça a été une vraie déception. Même si je reconnais que les acteurs jouent bien, j’ai trouvé la mise en scène parfois maladroite et le propos déjà vu… Bref, très loin du film que j’espérais voir 😥

        Aimé par 1 personne

        1. Comme quoi mes avis sont loin d’être de bons indicateurs ^^ Désolé en tout cas si cela t’a mené vers une déception :$ Je comprends parfaitement pour la mise en scène. Moi même je n’ai pas été convaincu par la réalisation…

          J'aime

          1. Ne sois pas désolé, c’est justement ces échanges qui rendent le cinéma encore plus passionnant 😉 Même si ça a été une déception pour moi, je suis toujours curieuse de savoir pourquoi il a plu à d’autres (et ça marche dans les 2 sens 😉 )

            Aimé par 1 personne

  1. Pour ma part, je suis assez déçue par ce film et en dehors de motivations politiques, j’ai du mal à comprendre son Oscar du meilleur film. Le sujet est très fort, les acteurs très bons, le scénario a une construction intéressante mais les ellipses m’ont empêchée de m’attacher réellement au personnage principal qui prend d’ailleurs trop le dessus sur tous les autres personnages. Surtout je me suis ennuyée et je m’attendais à plus d’émotions.

    Aimé par 1 personne

    1. Je comprends. J’ai aimé le film comme je le dis mais moi-même, j’ai eu du mal à comprendre l’engouement autour. De toute façon, de plus en plus de récompenses ciné sont devenus politiques. Bon après, je suis quand même content pour l’oscar du meilleur acteur dans un second rôle que je trouve déjà plus mérité 😉

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s