Logan

Logan. 2 heures 17. États-Unis. Fantastique – Drame – Action. Sortie en France le 1er mars 2017 (le 3 mars 2017 aux États-Unis). Réalisé par James Mangold avec Hugh Jackman, Dafne Keen, Patrick Stewart, Boyd Holbrook, Stephen Merchant, Elizabeth Rodriguez, Richard E. Grant, Lennie Loftin, Elise Neal, Eriq La Salle, Quincy Fouse, James Moses Black, Krzysztof Soszynski…

Dans un futur proche, un certain Logan, épuisé de fatigue, s’occupe d’un Professeur X souffrant, dans un lieu gardé secret à la frontière Mexicaine. Mais les tentatives de Logan pour se retrancher du monde et rompre avec son passé vont s’épuiser lorsqu’une jeune mutante traquée par de sombres individus va se retrouver soudainement face à lui.

Avis écrit le 11 mars 2017.

Bien que j’apprécie la franchise « X-men » et particulièrement le héros badass Wolverine, je dois avouer que les deux précédents spin off consacrés à ce héros m’ont laissé un petit goût d’inachevé en bouche. Bénéficiant en tout cas d’un excellent bouche à oreille et avec une bande annonce qui me donnait vraiment envie de découvrir cette ultime aventure, c’est avec un certain plaisir que j’ai découvert sur grand écran « Logan ».

Autant le dire tout de suite, les deux précédents opus n’existe pas. C’est bien simple, ce volet les fait tous simplement disparaitre. Bon, j’exagère à peine mais ce scénario écrit par Michael Green et David James Kelly, d’après « Old Man Logan » de Mark Millar et Steve McNiven, est clairement au-dessus du lot dans cette trilogie consacré à Wolverine.

Tout de suite j’ai été happé par cette aventure futuriste qui ne tombe pas dans le piège du film de super héros facile (genre que j’affectionne néanmoins je ne m’en cache pas). Ici, la violence est brute, notre héros possède un vrai bon trauma qui tient la route et cette passation de pouvoir avec notre nouvelle jeune héroïne nous donne l’occasion de redéfinir les codes du genre.

D’ailleurs, ce qui est appréciable ici, c’est que le style « super héros » est presque anodin. Lorsqu’on l’évoque à travers le regard des comics, on le parodie presque. Plutôt qu’une avalanche d’effets tape à l’œil, ce long métrage se dirige plus vers le road trip avec une tendance pour le western. Nos héros sont abimés par la vie, ils sont en quête de paix intérieure et cet ultime combat va nous permettre de travailler de façon intelligente leurs psychologies. Wolverine n’est plus, il n’y a que Logan.

Après, il y a quand même quelques petits trucs qui m’ont ennuyé. Si je comprends par exemple le rythme très lent, à l’usure, ça m’a un peu lassé. Le film prend son temps, peut-être un peu trop et du coup, sans forcément aller chercher dans l’action (chose que le scénario évite fort heureusement), j’aurais quand même aimé un peu plus de dynamisme.

Pour sa dernière chevauchée, Hugh Jackman (Logan / Wolverine) nous livre une performance incroyable. Il est Logan, il n’y a aucun doute et ce film appuie encore un peu plus l’aura et le charisme que le comédien à su donner à son personnage à travers les années. Passé après lui, après ce film, va vraiment être très dur et très casse gueule pour son successeur. A titre personnel, par moment j’avais l’impression de voir Mel Gibson à l’écran mais passé ce parallèle qui m’est propre (et qui m’a rendu le film encore plus jouissif), Hugh Jackman montre sa performance la plus abouti, la plus subtile et la plus intéressante de ce personnage qui aura marqué sa filmographie à travers sa neuvième participation pour ce rôle.

Là où l’acteur est brillant, c’est qu’il irradie le film de son charisme naturel et s’impose à l’écran mais il n’étouffe jamais ses partenaires de jeu. Parmi les plus notable, on notera Dafne Keen (Laura Kinney / X-23) qui est la véritable révélation de ce long métrage. On fait très vite abstraction de son jeune âge tant elle parvient à travers son regard et sa gestuelle à s’imposer de façon naturelle. Énigmatique, elle n’est jamais dans la surenchère ou le grotesque et sa prestation m’a vraiment agréablement surpris au point que je serais curieux de la voir dans d’autres films dans un avenir proche.

Pour le reste, c’est assez plaisant aussi de retrouver un Patrick Stewart (Professeur Charles Xavier) abimé par la vie et nettement plus vulnérable. Lui qu’on est habitué de voir en meneur dans cette franchise, c’est assez fascinant de le voir blessé et dépendant de Logan. Le comédien parvient lui aussi à ne jamais être ridicule et impose toujours une forme de sagesse que j’aime bien avec son rôle.

Dans la peau du méchant de service, j’avais un peu peur de Boyd Holbrook (Donald Pierce). Physiquement, j’avais peur qu’il s’efface un peu trop mais lui aussi parvient à bien exister prouvant au passage que la direction artistique de James Mangold pour ce film est brillante. L’acteur manque peut-être d’un tantinet de charisme et joue beaucoup sur l’humour noir mais cela fonctionne et c’est ce que je préfère retenir.

Derrière, le reste du casting fait du bon boulot également. Même si on le voit au final assez peu, j’ai notamment bien aimé Stephen Merchant (Caliban) dans le rôle d’un mutant que je trouve intéressant et peut-être pas assez exploité ici. Niveau sous exploitation, je trouve dommageable aussi l’utilisation de Richard E. Grant (Le Docteur Zander Rice) en complément pour le rôle du méchant mais qui au final peine un peu à exister.

Côté mise en scène, j’ai adoré le travail de James Mangold. J’ai beau chercher, il n’y a pas un plan ou une scène que je n’aime pas. Tous les cadres sont maitrisés, les travellings sont parfaits et les gros plans marquent bien les dégâts de la vie sur nos personnages sans pour autant trop en abuser. Définitivement, s’il n’y avait pas eu ce souci de rythme, le film aurait été parfait à mes yeux.

J’ai par exemple beaucoup aimé la photographie que je trouve sublime. Les décors sont bien exploités et avec cette lumière chaleureuse, on sent la poussière et la sueur que nous fait subir cette traque. L’ambiance y est en tout cas maitrisée et le long métrage reste cohérent avec lui-même du début jusqu’à la fin. Même le final arrive comme étant logique au vue de ce que l’on nous a raconté pendant plus de deux heures.

Visuellement, c’est vraiment très efficace. Sans en abuser, ne pas hésiter à rendre certaines scènes sanglantes voir même très brutal dans sa psychologie (le traitement des enfants est assez dur et surprenant dans ce genre de production) est la vraie bonne idée. Cela permet de donner une âme à ce film qui prend des risques et bouscule un peu ce que l’on est habitué à voir dans ce registre. Quant à la musique signée Marco Beltrami, je l’ai aussi trouvé très appréciable et collant bien avec l’ambiance allant jusqu’à m’achever émotionnellement lorsque retentit la voix de Johnny Cash (un chanteur que j’adore) lors du générique de fin.

Pour résumer, il s’en est vraiment fallu de peu pour que je porte aux nues ce « Logan ». S’il n’y avait pas eu ce petit souci de rythme qui fait que j’ai l’impression que le film s’éternise, le film aurait pu être parfait. Ceci dit, on n’en n’est pas loin non plus et dans son genre, il se positionne clairement comme ce que l’univers des super héros au cinéma a pu nous offrir de mieux. Le fantastique devient presque secondaire et l’on retient un road trip puissant et épuisant que j’ai adoré. Pour ce neuvième et dernier film dans la peau de Logan, Hugh Jackman fait tomber le rideau de la meilleure façon qu’il soit avec ce long métrage aussi réussi dans son fond que dans sa forme.

Publicités

4 réflexions sur “Logan

    1. Elles ne m’ont pas foncièrement dérangées non plus mais je peux comprendre que cela en destabilise quelques uns car après, le rythme est beaucoup plus posé de ce que l’on a l’habitude de voir avec ce type de super héros. Mais c’est aussi cette particularité qui en fait sa force et je suis vraiment content que Jackman en finisse avec son personnage fétiche sur un tel film, une telle réussite. Ça fait plaisir 🙂

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s