Pirates des Caraïbes 2 : Le secret du coffre maudit

Pirates des Caraïbes 2 : Le secret du coffre maudit (Pirates of the Caribbean: Dead Man’s Chest). 2 heures 24. États-Unis. Fantastique – Aventures – Comédie. Sortie en France le 2 août 2006 (le 7 juillet 2006 aux États-Unis). Réalisé par Gore Verbinski avec Johnny Depp, Keira Knightley, Orlando Bloom, Bill Nighy, Stellan Skarsgard, Jack Davenport, Jonathan Pryce, Lee Arenberg, Kevin McNally, Mackenzie Crook, Tom Hollander…

Dans ce nouvel opus de l’aventure « Pirates des Caraïbes », le toujours aussi excentrique pirate Jack Sparrow est confronté subitement à son passé. Treize ans auparavant, Jack signait un pacte avec Davy Jones, le maître des sept mers, dont l’esprit maléfique n’a d’égal que son apparence tentaculaire. En échange de son âme, ce dernier lui promettait le commandement du mythique Black Pearl…
Aujourd’hui, Jones vient donc récupérer sa dette. Mais donner son âme à Jones est sans issue, il n’y a pas de rédemption possible, c’est devenir comme tous les membres de son équipage maudit, un fantôme au physique aussi repoussant que terrifiant. Pour éviter ce sort funeste auquel Jack ne tient pas vraiment, il n’a qu’une solution : retrouver le coffre maudit de Jones où sont cachés les âmes emprisonnées…

« – Un jour, vous agirez avec honneur…
– Je les adore ces moments-là ! Je les salue de la main quand je les vois passer ! »

Avis écrit le 8 avril 2011.

Toujours dans l’optique de me rafraichir la mémoire avant la sortie en salles du quatrième volet de la franchise et juste après avoir vu le premier long métrage, je me suis donc attelé à visionner ce « Pirates des Caraïbes 2 : Le secret du coffre maudit ». J’étais curieux de savoir si mon ressenti avait changé car cela faisait quand même un petit moment maintenant que je ne l’avais pas revu.

Force est de constater qu’il n’a pas vraiment bougé ou si peu. En effet, si j’ai toujours pris du plaisir devant ce film, je dois quand même reconnaitre qu’il est quand même grandement en dessous d’un premier volet qui reste lui particulièrement jouissif. Le problème c’est que le scénario écrit par Terry Rossio et Ted Elliott est parti dans une toute autre direction.

Là où le sujet allié avec force aventures fantastiques et comédie, ici le côté comédie a été sacrifié sur l’autel pour ne favoriser que le côté aventures. On a le droit ainsi à une histoire de pirates plus sombre qui se prend plus au sérieux et c’est vraiment regrettable. Le ton est donné dès les premières minutes et pour avoir revu le premier film il y a peu de temps, la transition entre les deux se fait alors de manière un peu trop brutal à mon goût.

Bien sûr, le côté comique reste un peu présent grâce au personnage de Jack Sparrow qui s’avère alors indispensable et nous permet de ne pas totalement détacher du film mais je pense que la franchise aurait quand même mieux fait de rester sur ses acquis pour le coup car si une histoire de pirates traité de façon un peu plus sérieuse peut être sympathique, on s’attend quand même à autre chose de plus léger quand on va voir un « Pirates des Caraïbes ». Quitte à sacrifier un aspect de cette franchise, le scénario aurait mieux fait de tuer dans l’œuf la romance entre Elizabeth et Will qui s’avère ici encore plus lourde et énervante qu’auparavant.

Après, tout n’est pas totalement mauvais non plus car l’histoire reste quand même prenante et est toujours accès tout publics. L’intrigue possède certes quelques longueurs qui font que par moment on trouve le temps un peu long mais ça passe malgré tout. Quand la fin frustrante nous invite d’ores et déjà à un troisième volet, on prend son mal en patience pour découvrir la suite mais ça peut agacer également tant les ficelles utilisées sont assez grosses.

On aurait quand même pu avoir un résultat plus fluide et plus dynamique si le scénario n’avait pas voulu se prendre trop au sérieux. L’ensemble reste un divertissement qui n’est pas honteux pour autant mais après un premier long métrage très réussi, la déception se fait ressentir de mon côté. Il y a parfois (et souvent à cause de la romance), un ennui qui s’installe et que l’on n’avait pas dans le premier volet.

Ce n’est pas la faute des acteurs en tout cas qui joue bien leurs rôles respectifs. C’est un plaisir de retrouver certains personnages qui était déjà présent auparavant et d’en découvrir des nouveaux tout aussi convaincants. Les prestations sont loin d’être à marquer dans les annales du cinéma mais chaque comédiens n’as pas à rougir de sa performance je trouve, chacun donnant bien vie à son personnage.

C’est d’ailleurs avant toute chose un énorme plaisir de retrouver Johnny Depp (Jack Sparrow) qui est toujours en forme. Son interprétation est réussie et on sent que le film doit beaucoup à la réussite de son personnage à qui le comédien à donner ses lettres de noblesse. En effet, un peu plus en retrait dans cet épisode, quand l’acteur n’est pas présent à l’écran un grand manque se fait ressentir. J’ai toujours pris mon pied en tout cas à le voir dans un ton totalement décalé qui font que malgré ses mauvais côtés, on ne peut pas s’empêcher de le trouver sympathique.

Si Johnny Depp est un peu en retrait malheureusement ici, c’est parce que l’histoire a voulu plus mettre en avant le duo Keira Knightley (Elizabeth Swann) – Orlando Bloom (Will Turner). Keira Knightley fait le job. Il y a certains passages où elle m’a même bien fait marrer. Maintenant, même si j’apprécie l’actrice, je trouve que la saga « Pirates des Caraïbes », ce n’est pas son meilleur rôle, loin de là, mais la comédienne s’en sort bien.

J’ai un peu plus de mal en revanche avec Orlando Bloom mais je pense que ça ne vient pas totalement de son personnage. C’est juste que je n’accroche pas au jeu de l’acteur. Il n’est pas mauvais, c’est juste que je le trouve un peu lisse et dans cette distribution, il manque clairement de charisme et d’ampleur à l’écran pour réussir à exister sans être risible…

Bill Nighy (Davy Jones) est lui excellent. Bien que numériquement très retouché, l’acteur prouve une nouvelle fois qu’il est toujours aussi bon et charismatique. Il arrive à travers son regard à faire passer une multitude de sentiments et du coup, si avec toutes ses tentacules il aurait pu apparaitre risible, et bien le comédien réussi à être convaincant et crédible.

J’ai bien aimé aussi l’interprétation de Stellan Skarsgard (Bill Turner). Très touchant, cela aurait même été sympa de le voir un peu plus mais le film dure déjà assez longtemps comme ça. Le traitement de son personnage est très prévisible mais j’aime bien. Quoiqu’il en soit, l’acteur est très bon et tout comme Bill Nighy, son expérience parle en sa faveur car il réussit malgré son accoutrement à être convaincant et jamais risible ce qui est une très bonne chose.

Jonathan Pryce (Weatherby Swann) est un peu plus absent de son côté comparé au premier film mais il garde la même ligne de conduite. Jack Davenport (James Norrington) se retrouve lui aussi en retrait comparé à l’épisode précédent mais son personnage gagne en ampleur et en profondeur. J’ai vraiment bien aimé son évolution et la façon dont l’acteur s’est imposé un peu plus dans cette distribution tout en jouant au final que très peu.

Le duo Lee Arenberg – Mackenzie Crook (Pintel et Ragetti) prend un peu plus d’importance pour leurs parts. Plus accès sur la partie comique, les deux acteurs permettent de nous faire prendre notre mal en patience avec justesse quand le côté comique de Sparrow disparait et évite ainsi d’accentuer un peu plus la baisse générale de rythme du film.

Tom Hollander (Cutler Beckett) est bon en tête à claque et même si je ne l’ai pas toujours trouvé très imposant dans ce rôle de méchant. Le choix de l’acteur reste judicieux même si je suis quand même content sur le coup qu’on le voit nettement moins que les autres. Le seul problème, c’est que l’on se demande sa véritable utilité même si l’on devine une exploitation plus importante dans le troisième film.

Toujours derrière la caméra, Gore Verbinski s’en sors une nouvelle fois pas trop mal. C’est quand même dommage que l’histoire ai pris un nouveau virage car on sent quand même les qualités techniques du réalisateur qui maitrise son sujet avec des plans assez originaux et qui eux aussi permettent de nous sauver de l’ennui à certains moments où des baisses de rythme dans l’histoire se fait ressentir.

Même si j’ai bien aimé la scène d’ouverture (j’aime beaucoup les scènes de pluie au cinéma), d’une manière générale la lumière reste quand même un peu trop sombre et verte à mon goût. Je le comprends parfaitement au vue du virage fait dans le scénario mais je regrette quand même la perte de lumière et les paysages magnifiques que l’on pouvait voir dans le premier film et qui apportait pas mal de fraicheur au long métrage.

En se prenant trop au sérieux, ce film perd un peu de son âme et du coup, aussi maitrisé soit elle, c’est vraie que là encore, on peut être un peu déçu. Les décors et les costumes sont réussis mais du coup ils sont un peu moins mis en valeur alors que je trouvais que c’était vraiment un des points fort du premier long métrage.

Quant aux effets spéciaux, j’ai trouvé qu’ils avaient pris un petit coup. Autant dans « Pirates des Caraïbes : La malédiction du Black Pearl » je les trouvais diablement efficace autant ici, même si en grande partie ils sont réussis, il y a quand même une infime minorité qui m’as un peu déstabilisé comparé au reste comme le Kraken justement et quelques scènes où l’eau à un aspect vraiment bizarre comme si on avait un peu trop abusé du numérique.

Après, c’est des petits défauts qui m’ont marqué mais cela ne m’as pas empêché de trouver le film visuellement agréable surtout qu’en plus, il est une nouvelle fois très bien emballé par la bande originale de Hans Zimmer qui nous livre une composition toute aussi sérieuse que le film mais qui a su garder en plus la fougue d’antan.

Pour résumer, « Pirates des Caraïbes 2 : Le secret du coffre maudit » me laisse une légère frustration. Ce n’est pas un mauvais film, j’ai même passé globalement un bon moment devant ce divertissement mais le fait de ne plus retrouver tout ce que j’avais aimé dans le premier long métrage m’as déçu. A force de vouloir se prendre trop au sérieux et d’appuyer sur la romance lourdingue, la franchise a perdu un peu de son âme et à en plus pris le risque de nous offrir la même chose pour le troisième volet avec cette fin ouverte qui accentue encore plus la frustration générale. Maintenant, je ne regrette pas de l’avoir revu et j’ai quand même passé un bon moment. Je le reverrais, c’est juste dommage de rester sur sa faim.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s