Le monde de Dory

Le monde de Dory (Finding Dory). 1 heure 37. États-Unis. Animation – Comédie. Sortie en France le 22 juin 2016 (le 17 juin 2016 aux États-Unis). Réalisé par Andrew Stanton et Angus McLane avec les voix en version originale de Ellen DeGeneres, Albert Brooks, Hayden Rolence, Ed O’Neill, Kaitlin Olson, Ty Burrell, Diane Keaton, Eugene Levy, Sigourney Weaver, Sloane Murray, Idris Elba, Dominic West, Bob Perterson, Kate McKinnon, Bill Hader, Alexander Gould… Avec les voix en version française de Céline Monsarrat, Franck Dubosc, Timothé Vom Dorp, Philippe Lellouche, Mathilde Seigner, Kev Adams, Claire Chazal, Catherine Davenier, Michel Papineschi, Victoire Pauwels, Alexia Papineschi, Emmanuel Jacomy, Gilles Morvan, Guillaume Lebon…

Dory, le poisson chirurgien bleu amnésique, retrouve ses amis Nemo et Marin. Tous trois se lancent à la recherche du passé de Dory. Pourra-t-elle retrouver ses souvenirs ? Qui sont ses parents ? Et où a-t-elle bien pu apprendre à parler la langue des baleines ?

« – Tu as des petits problèmes de mémoire.
– Oui, c’est la seule chose que je n’oublie pas. »

Avis écrit le 26 juin 2017.

Pourquoi j’ai voulu voir ce film ?

Sans que cela soit mon film préféré de chez Pixar, j’avais beaucoup aimé « Le monde de Némo » que j’avais vu à l’époque deux fois en salles. « Le monde de Dory » me tentait donc bien mais par manque de temps, je n’avais pas pu faire le déplacement. Du coup, lorsque j’ai vu qu’en ce moment il passait à la télévision, je me suis dit que j’aurais eu tort de passer à côté.

L’histoire ?

Et j’ai plutôt bien fait cette fois-ci de saisir ma chance. J’ai beaucoup aimé cette suite. Je m’attendais à un truc léger, simple et assez anecdotique. Au final, j’ai eu un récit drôle, intéressant et qui a su me captiver du début jusqu’à la fin. Ce second volet garde ses principaux acquis, il y a des ficelles que l’on a déjà exploitées mais néanmoins, on se laisse très vite prendre au jeu de cette histoire émouvante. Les thèmes de l’écologie, de la famille, de l’amitié, de la différence… sont une nouvelle fois traités avec beaucoup de finesse pour un résultat qui plaira à l’ensemble de la famille.

La distribution ?

J’ai vu ce film en version française. Malgré la richesse des noms qui y figurent, je ne donnerais aucun avis sur le doublage d’origine. Concernant notre doublage national, j’ai été convaincu. Ce genre de suite, on s’attend à un produit commercial avec un autre casting vocal. J’ai donc été satisfait de retrouver Céline Monsarrat (Dory) qui cette fois-ci devient la véritable héroïne de cette aventure. La voix française de Julia Roberts colle à merveille avec ce personnage haut en couleur, la comédienne lui donnant toute la fraicheur et la joie de vivre nécessaire.
Plus en retrait dans cette suite (ce qui est intelligent), Franck Dubosc (Marin) signe lui aussi un bon retour avec à ses côtés Timothé Vom Dorp (Némo) qui assure le boulot. De ce que je me souviens du doublage du premier film, finalement, la seule chose qui m’a interpellé sans pour autant me choquer, c’est la voix de Jérôme Pauwels (Crush) au lieu de Samy Nacéri.
Parmi les autres voix, le duo Mathilde Seigner (Destinée) – Kev Adams (Bailey) est plaisant tandis que le duo Gilles Morvan (Fluke) – Guillaume Lebon (Rudder) m’a beaucoup fait rire même si on les voit assez peu au final. A noter le caméo vocal de Claire Chazal dans son propre rôle qui m’a fait sourire.

La mise en scène ?

L’animation m’a un peu moins emballé. Il y a de bonnes idées mais je trouve qu’à l’image, les dessins me semblent davantage synthétiser. Par moment dans le premier volet, j’avais vraiment l’impression de retrouver la magie des fonds marins. Là, j’ai tout le temps été dans un dessin animé. Après, cela ne veut pas dire que cela soit mauvais. Il y a bien quelques scènes que je trouve un peu « carrées » mais dans l’ensemble, c’est agréable à voir. Les couleurs vives font qu’on est dans un bon spectacle familial tandis que le montage dynamique ne nous ennuie pas et réussi à réunir la famille, chacun y trouvant son compte.

En bref ?

Pour résumer, j’ai été très agréablement surpris par « Le monde de Dory ». Si cette suite reprend un squelette qui a déjà fait ses preuves, il compense par une vraie transmission dans l’émotion et par un humour frais et léger très plaisant. Presque aussi bon que son prédécesseur, on savoure le plaisir de retrouver notre héroïne poisson chirurgien que l’on a l’impression de ne jamais avoir quitté et qui fait un peu parti aussi de notre famille.

Publicités

2 réflexions sur “Le monde de Dory

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s